Traverser les estuaires : les passeurs et leurs bacs | sur le 100.4 FM - Vous souhaitez partager une information ? Contactez nous au 02.98.81.00.21
 Vendredi 17 Novembre 2017 | sem. 46 |  | Bienvenue sur le site de la radio de l'aulne maritime.
Votre message à l'antenne ? 09.64.43.96.91
 

Actualités locales

Traverser les estuaires : les passeurs et leurs bacs

Publié le 07 novembre 2017 par admin

« Traverser l’estuaire. Gués, bacs, passages d’eau et ponts en Bretagne de l’antiquité à nos jours. » C’est le thème d’une journée d’études organisée au pôle universitaire de Quimper le 10 novembre 2017. Pierre Martin, enseignant-chercheur en histoire maritime, nous raconte l’épopée des passeurs depuis le Moyen Âge.

En Bretagne, l’usage des bacs de passage est attestée depuis l’époque médiévale. Avant, on passait à gué et sans doute avec des embarcations dont on ne trouve pas trace dans les documents. L’archéologie pourrait nous indiquer la présence de quais ou de cales, mais il reste à fouiller les estuaires.
Rias et abers sont si nombreux en Finistère…obstacles naturels, ils devaient être franchis d’une façon ou d’une autre. Certains se situaient sur des axes majeurs, comme le passage de l’Aulne, de Rosnoën à Dinéault, sur la route de Brest à Quimper. On passait de toute façon à un endroit stratégique, comme sur la rivière du Faou pour accéder à la grande foire de la commune.

Les bacs de passage, il en existait de toutes les tailles. Au départ propulsés à la rame, à la perche ou à la godille, puis à la voile pour certains, d’autres guidés par des chaînes, puis motorisés à vapeur et enfin à l’électricité pour ceux qui subsistent encore. Les ponts et l’automobile ont mis fin à la grande époque des passages ; époque épique !

Des passages dangereux

Traverser la rivière est dangereux, et a fortiori l’estuaire où elle s’élargit, où les marées viennent renforcer les courants. On recense fréquemment des incidents : chutes d’animaux ou de chargements, notamment quand on doit embarquer ou débarquer depuis le rivage et les rochers glissants. Il y a aussi des accidents tragiques comme cette noyade de 21 enfants handicapés qui se rendaient à un pèlerinage du côté de Moëlan-sur-Mer au XIXe siècle.

Les passeurs, notables sans fortune

Le bac n’est pas toujours en très bon état. Le passeur est locataire du droit de passage (qui appartient au seigneur, puis à l’État) ; en ce sens, il est un notable dépositaire d’un pouvoir. Cependant, il se rémunère mal sur le péage et il investit peu dans l’entretien d’une embarcation qui ne lui appartient pas toujours. Certains bacs prennent l’eau, surtout au bout de près de 40 années d’usage comme le bac de « Tonton Théodore » à Locmaria à Quimper.
Certains passeurs sont navigateurs, mais d’autres sont meuniers ou charpentiers, sans compétence particulière pour diriger une embarcation. Ils vont se professionnaliser au fil des époque mais c’est leur fonction qui tend à disparaître à mesure que sont construits les ponts.

 

Traverser l’estuaire. Gués, bacs, passages d’eau et ponts en Bretagne de l’antiquité à nos jours.
Pôle universitaire Pierre-Jakez Hélias Quimper
Vendredi 10 novembre 2017 amphi A 005, de 9h30 à 17h.
Entrée libre.

Playlist de l’émission

Alain Souchon, Le marin. Alain Souchon et ses fils Pierre et Ours, sont en concert au parc des expositions de Penvillers à Quimper le 25 novembre 2017, au profit de l’association Mille & un Petit Prince qui soutient les services pédiatriques du sud Finistère.

Borja flames, Acumulación. En concert à Brest le 16 novembre 2017 au centre d’art contemporain Passerelle dans le cadre du festival Invisible de Penn ar Jazz.

 

Tags: , , , , , ,


Contact mail : contact{@}radioevasion.net | Adresse : Radio Evasion, Place aux foires, 29590 Le Faou | Téléphone : 02.98.81.00.21 | Répondeur : 09.64.43.96.91