Des Polars et Des Notes | sur le 100.4 FM - Vous souhaitez partager une information ? Contactez nous au 02.98.81.00.21
 Mardi 24 Octobre 2017 | sem. 43 |  | Bienvenue sur le site de la radio de l'aulne maritime.
Votre message à l'antenne ? 09.64.43.96.91
 

Des polars et des notes : spécial Histoire Des Polars et Des Notes

Tout au long de l’année, Patrick vous parlera pendant une heure de romans noirs, polars et thrillers, récents ou non, qui seront illustrés par de la musique tirée de ces bouquins.

Des polars et des notes : spécial Histoire

Publié le 29 septembre 2017 par admin

Au fil de l’Histoire…

Un Des Polars et des Notes Spécial qui vous propose un voyage à travers l’histoire, avec un grand – et aussi un petit – H. Nous remonterons le temps, du quatorzième siècle à quelques dizaines d’années avant la fin du vingtième.

Nous visiterons une insolite communauté de femmes du Moyen ge dans le quartier du Marais à Paris, noyée par la fumée des bûchers dressés par Philippe le Bel, avant de parvenir à l’Occupation et au terrible rôle de certains policiers français durant la rafle du Vel d’Hiv. Un détour par Los Angeles et la secte démoniaque de Charles Manson et un passionnant détour dans les années 70 et le fin des gangsters à la Gabin seront également au menu.

La rentrée littéraire 2017 est donc, pour partie, tournée vers le passé mais nous allons voir avec les auteurs que c’est une excellente manière d’expliquer notre présent ou d’en souligner certains travers.

Lire la suite…

Des Polars et des Notes #38

Publié le 20 septembre 2017 par admin

Rentrée noire !

Voilà, nous y sommes, c’est la rentrée et l’automne qui arrive. La température baisse comme les APL en juillet et les jours diminuent aussi rapidement que les droits des salariés revus et annihilés par Jupiter lui-même.

Au boulot donc, dans la joie et la bonne humeur, c’est en effet la cinquantième Des Polars et des Notes si l’on ajoute les spéciales aux mensuelles, et, hasard du calendrier, nous fêtons également les trois ans de l’émission dont le pilote a été diffusé le 16 septembre 2014.

Ce ne sont pas les nouveautés polars et thrillers qui manquent, le mois d’août a déjà été fécond en publication, la rentrée littéraire s’étalant sur pratiquement un mois désormais.

Un innocent plus que douteux, un ouvrier usé par le travail inhumain d’un abattoir, des enfants roms qui disparaissent et un détour par une sombre affaire d’enlèvement à Haïti pour un sommaire qui nous permettra également d’en savoir un peu plus sur le Livre de Poche, vénérable institution créée en 1953…

Bonne écoute !

AU SOMMAIRE CE MOIS-CI :

INTERVIEWS

Thomas Fecchio pour Je suis innocent paru aux Éditions Ravet-Anceau. Des policiers arrêtent Jean Boyer. Mauvais signe, surtout pour lui, ex-taulard relâché après trente ans passés derrière les barreaux. Ses crimes ? Meurtre et viols à répétition. Ce jour-là, c’est le capitaine Germain qui lui passe les menottes. Le corps d’une jeune femme a été retrouvé enterré près de chez lui, un bras sortant de terre. La première victime de Boyer avait subi le même sort.

Timothée Demeillers pour Jusqu’à la bête publié chez Asphalte Éditions. Erwan est ouvrier dans un abattoir près d’Angers. Répétition des tâches, des gestes et des discussions, cadence qui ne cesse d’accélérer… Pour échapper à son quotidien, Erwan songe à sa jeunesse, passée dans un lotissement en périphérie de la ville, à son histoire d’amour avec Laëtitia, saisonnière à l’abattoir, mais aussi à ses angoisses, ravivées par ses souvenirs. Et qui le conduiront à commettre l’irréparable.

Le roman de Dance Flore : Treize jours de Roxane Gay publié aux Éditions Denoël. Port-au-Prince. Mireille, une jeune Américaine, se fait enlever en plein jour, sous les yeux de son mari et de son bébé. C’est une cible de choix car son père – chez qui ils sont en vacances – est un des hommes les plus riches d’Haïti. Le père de Mireille refuse de payer la rançon. Il condamne ainsi sa fille à treize jours de captivité, treize jours d’enfer absolu, aux mains de sept hommes dont le Commandant, cruel et pervers. Elle va devoir puiser tout au fond d’elle-même pour résister et pour faire face à la vie d’après, une fois qu’elle sera libérée.

Lionel Fintoni pour Il ne faut jamais faire le mal à demi paru aux Éditions de l’aube dans la collection l’aube Noire. Dans les quartiers Nord de Paris, des enfants roms disparaissent. Un ex-médecin légiste égaré dans l’humanitaire quémande de l’aide auprès d’un ancien collègue, capitaine de la PJ. Celui-ci accepte, à contrecœur, de s’engager dans une affaire aux ramifications inattendues.

Le coin des éditeurs : accueille Constance Trapenard, directrice de la section polars/thrillers aux éditions Le Livre de Poche. Tout le monde en a au moins lu un, ne serait-ce qu’au collège ou au lycée, des grands classiques de la littérature au polars très actuels, le Livre de Poche, créé en 1953 par Hachette, reste un des grands vecteurs de diffusion des livres. C’est aussi désormais une maison d’édition plus classique qui publie des auteurs inédits en grand format avec la collection Préludes. Musique tirée de California Girls de Simon Liberati.

LA ZIK :

Extraite des polars, bien sûr, ou proche du sujet lorsqu’elle fait défaut, du jazz, de la pop et du rock…

No One Is Innocent : La Peau
The Stranglers :Golden Brown
Willie Nelson : Still Not Dead
Count Basie : Jumping At The Woodside
The Mamas & the Papas : California Dreamin’

Comment ça s’écoute Des Polars et des Notes ?

Le soir, tranquille, fatigué par la reprise, ou comme vous voulez, en boucle même si vous le souhaitez !

Des Polars et des Notes en goguette II, le retour… 23ème Salon du Polar LE CHIEN JAUNE – Concarneau 2017 – seconde partie

Publié le 18 août 2017 par admin

 

23ème Salon du Polar LE CHIEN JAUNE – Concarneau 2017 – seconde partie

Suite et fin de nos pérégrinations dans le Finistère sud. Un beau programme avec un globe-trotter, un ex super flic, une artiste polyvalente étonnante, auteure, actrice, musicienne, scénariste et les organisatrices du salon.

La météo ne s’arrange pas vraiment sans pour autant entamer la bonne humeur des participants, auteurs et visiteurs. Les investigations continuent !

Pourquoi sont-ils devenus auteur(e)s de polar ? Comment ? Ont-ils un conseil à donner à ceux qui souhaiteraient le devenir ? Nous allons essayer de répondre à ces questions à travers diverses interviews. L’enquête continue au fil des interviews.

Pour finir, le mot des organisatrices, MiJo et Monique qui dévoilent un peu les coulisses de ce bel événement.

Bonne écoute et bonnes vacances !

Au Sommaire

Les interviews

Ian Manook : Ian Manook est le pseudonyme de Patrick Manoukian. né en 1949 à Meudon. Il voyage depuis l’âge de seize, le Bronx pour commencer avant un périple de 40 000 kilomètres en stop aux USA et au Canada. Après des études de droits européen, de sciences politiques et de journalisme, il crée deux sociétés d’édition, dont Les éditions du Tournon qui diffuseront X-Files, Les Tortues Ninja ou Denver.
Yeruldelgger, son premier polar, paru l’an dernier chez Albin Michel a été un immense succès couronné de nombreux prix. Suivent Les temps sauvages (2015) puis La mort nomade (2016), toujours chez Albin Michel pour compléter la trilogie mongole et enquêter sous d’autres cieux.

Pierre Pouchairet : Pierre Pouchairet est né en 1957. Il a été commandant de la police nationale puis chef d’un groupe luttant contre le trafic de stupéfiants à Nice, Grenoble ou Versailles… Il fût également à plusieurs reprises en poste dans des ambassades, a représenté la police française au Liban, en Turquie, a été attaché de sécurité intérieure à Kaboul puis au Kazakhstan. Aujourd’hui à la retraite, il vit à Jérusalem. Il a publié en 2013 un livre témoignage, Des Flics Français à Kaboul, puis Coke d’Azur en 2014. La même année sort son premier polar, Une Terre Pas Si Sainte, édité par Jigal Polar, suivi par La Filière Afghane (2015) et À L’Ombre Des Patriarches (2016). Il obtient le très convoité Prix du Quai des Orfèvres 2017 pour Mortels Trafics publié chez Fayard en novembre 2016, avant de publier La prophétie de Langley en 2017 de chez Jigal Polar.

Anne de Pasquale : Née en Californie, Anne de Pasquale vit en France depuis plus de 40 ans. Après avoir été tour à tour musicienne, comédienne, scénariste, Alex’s Baby est son 3e roman suspense, après Dites-moi qu’elle est vivante et Les Couleurs de la peur, tous édités chez Marabout. Anne de Pasquale a pour le moins un parcours original ! « Anne Lonnberg », son nom de comédienne, a en effet tourné avec Roger Moore dans Moonnraker ! L’ex James Bond girl a également joué avec Woody Allen, fait de la télévision, enregistré des disques, co-scénarisé et traduit des films. Autre talent, celle de chanteuse, avec la sortie d’un 33 tours chez Barclay, deux 45 tours chez Polidor, etc.
Elle joue du banjo dans des groupes de jazz, se consacre à l’écriture et à l’équitation dans son « ranch » percheron à Nocé

Marie-Joëlle Le Tourneur et Monique Héliès : organisatrices du festival Le Chien Jaune nous expliquent le travail de longue haleine que représente la mise sur pied d’une telle manifestation. Merci encore une fois pour leur sympathique accueil.

Les romans de l’été de Dance Flore : nouveau doublé pour Dance Flore, deux romans qui devraient meubler agréablement le farniente ou vous faire penser à autre chose qu’à cette rentrée venant invariablement gâcher les plus belles vacances. Les deux perles du mois : Monteperdido d’Augustin Martinez et Whiskey Tango Foxtrot de David Shafer tous deux parus chez Actes Sud dans la collection Actes Noirs.

La Zik

– Cypress Hill : Insane In The Brain
– Jefferson Airplane : Somebody To Love
– Radiohead : Karma Police
– John Hall : Plutonium Is Forever
– Sidney Bechet : All Of Me
– Bessie Smith : Yellowdog Blues

Comment ça s’écoute Des Polars et des Notes ?

Sans penser à la rentrée qui arrive, surtout, l’été n’est pas fini….

à très vite pour de nouvelles découvertes littéraires et noires !

Des Polars et des Notes en goguette… au festival du Chien Jaune à Concarneau

Publié le 28 juillet 2017 par admin

Des Polars et des Notes en goguette… première partie

Lire la suite…

Des Polars et des Notes #35

Publié le 23 juin 2017 par admin

Sales guerres…

Fin juin, c’est le moment d’aborder les sujets légers afin de vous préparer aux vacances. Pour ce faire, dans notre émission d’aujourd’hui, il sera question des sales guerres. Celles qui ne disent pas leurs noms, qui se dissimule sous des prétextes fallacieux ou sont menées par des criminels au service d’idéologies abominables. Scandales d’État, manipulations de masse, utilisation de mercenaires et de barbouzes, les exemples ne manquent pas.

D’un autre côté, le concept de guerre propre a montré ses limites. On sait ce qu’il en est maintenant, et les litotes sur les « dommages collatéraux » ne trompent plus que ceux qui ont envie de l’être. La guerre, c’est toujours horrible, mais celles qui se déroulent dans l’ombre, hors caméra, comporte une dose de cruauté supplémentaire qui les rendent encore tout à fait abominables. Voilà de quoi vous mettre de bonne humeur pour préparer vos bagages et charger la voiture, ne nous remerciez pas, c’est tout naturel 😉

Deux beaux projets, également dans cette émission, pour vous redonner la forme : un festival qui allie littérature et pinard, et un atelier de création littéraire tout à fait singulier.

Et la musique, bien sûr, comme toujours extraite des livres.

Bonne écoute !

AU SOMMAIRE CE MOIS-CI :

Livres

Au fond de l’eau – Paula Hawkins – Sonatines Éditions : le deuxième thriller de Paula Hawkins qui a cartonné avec son premier, La Fille du Train (Sonatines 2015), déjà adapté au cinéma. Des destins de femmes, tragiques, mystérieux, des vies qui se finissent brutalement autour et dans le réservoir d’une rivière, cet opus est plus sombre encore que son précédent roman et présente une magnifique galerie de portraits de femmes dans une intrigue parfaitement maîtrisée. Idéal sous la canicule, il est glaçant !

INTERVIEWS

Le coin des festivals : Franck-Olivier Laferrère nous présente les Transversales du Moulin de Faugères, une suite de rencontres qui permettront de croiser des créateurs et de redonner des goûts qui se perdent un peu ces temps-ci. Ceux du vivre ensemble, de la communication, du respect et de l’amitié sincère. Des auteurs de tout l’espace européen, Turquie, Espagne, Italie, France, des plasticiens, des musiciens, et des vignerons locaux, tout ce qu’il faut pour faire de ses Transversales un but idéal de promenade pour cet été.

Patrick Amand pour Je servirai la liberté en silence, paru aux Éditions du Caïman. La veille du Festival International du Mime de Périgueux, son directeur artistique, Axel Blancard, est retrouvé sauvagement assassiné dans un jardin du centre-ville. Le monde artistique est en émoi et la police piétine dans son enquête. Il n’en fallait pas plus pour revigorer Gregorio Valmy, détective privé déprimé, en vacances dans la capitale périgourdine au moment des faits. Une enquête truculente sur des faits tragiques, tout un pan de l’histoire contemporaine du Périgord (Résistance, Gestapo, PCF…) à découvrir au gré de l’enquête de Gregorio et de ses amis, Laval Palindrome et Tutu la Praline. Drôle et édifiant.

Maurice Gouiran pour Le diable n’est pas mort à Dachau, publié par les éditions Jigal Polar. Lorsque Henri Majencoules, un jeune mathématicien qui travaille en Californie sur le projet Arpanet, revient à Agnost-d’en-haut en 1967, son village natal focalise l’attention de tous les médias du pays : une famille d’Américains, les Stokton, vient d’y être massacrée. De Dachau à la CIA, de l’US Army à Pont-Saint-Esprit, les hommes changent, les manipulations jamais… Absolument passionnant.

Bruno Jacquin à propos de Galeux, publié par les éditions du Cairn dans la collection Du Noir Au Sud. Mai 2005. Casimiro Pozuelo, paisible retraité espagnol est victime d’un attentat au Pays basque français dont il réchappe miraculeusement. Avide de vérité, Inès cherche à comprendre pourquoi on en veut ainsi à son grand‐père. Elle se penche alors sur son passé et découvre des informations terrifiantes qui la tirent du mensonge permanent dans lequel elle était maintenue depuis sa naissance. Inspiré de faits réels, Galeux est une plongée à rebondissements, sans tabous, au coeur des années noires de la « guerre sale » (1983‐1987) menée en France contre les indépendantistes basques.

Le coin des projets : Stéphane Monnot pour le projet Agrafe qu’il définit ainsi : « Atelier expérimental à la croisée de l’édition fantôme et de la revue pirate, Agrafe explore une littérature orageuse, impertinente et bien fichue. » Un projet qui mêle nouvelle possibilité du web, musique et littérature, ça mérite toujours un détour, n’hésitez pas !

LA ZIK :

De quoi ravir les oreilles et les occuper pendant vos lectures, directement extraite des livres mis en avant tout au long de l’émission…

Starshooter : Quel Bel Avenir

PJ Harvey : Down by the Water

The Clash : I Fought the Law

Gene Vincent : Shakin’ All Over

Amel Bendt : Ma Philosophie

Gontard ! : La Ville

Comment ça s’écoute Des Polars et des Notes ?

Sans perdre de vue que ces « vieilles » guerres ne sont pas si éloignées de nous que cela et que les bruits de bottes peuvent ressurgir à chaque instant, la bête est toujours tapie, souvent là où on ne l’attend pas, elle ne montre pas toujours les dents, présente souvent, au contraire, le plus charmant des sourires…

Concrètement, en consultant la grille des programmes de notre partenaire Radio Évasion ou en podcast en cliquant ci-dessous

 

Des Polars et des Notes #34

Publié le 19 mai 2017 par admin

Vous avez dit machine ?

Un mois de mai propice à s’intéresser au progrès et à ce qu’en font les hommes, le progrèsqui sauve et celui qui détruit, qui asservit…

Il y a longtemps déjà que les humains se sont pris les doigts dans les machines, pour leur bien parfois, mais pas toujours. À n’en pas douter, lorsque les auteurs de littérature noire s’en empare, c’est rarement pour décrire le bon côté de la chose. Enfin, la machine ou la technologie n’y sont pour rien, c’est l’usage que nous en faisons qui peut sauver des vies, comme celles de Sarah, gravement accidentée lors d’un rallye, ou asservir des populations entières, comme le fait la finance sur tous les continents, mais de façon plus atroce encore en Afrique dans la région des Grands Lacs. Au cours des enquêtes, bien évidemment, c’est l’ADN qui a révolutionné l’exploitation des indices et permet de résoudre des affaires classées depuis des lustres, mais les beaux algorithmes de nos chercheurs sont également la proie des espions et autres pillards de renseignements industriels…

Des réalités bien diverses dans ce numéro, du pillage des ressources de la planète au combat d’une femme pour retrouver son autonomie, des arcanes des labos surprotégés à l’élucidation d’un très ancien crime, le roman noir dans toute sa diversité et sa richesse.

Avec la musique insérée dans les récits par les auteurs eux-mêmes.

Bonne écoute !

AU SOMMAIRE CE MOIS-CI :

Livres

L’affaire Isobel Vine – Tony Cavanaugh – Sonatines Éditions : Darian Richards, lassé de voir son existence définie par le crime, et uniquement par le crime, a décidé, après seize ans à la tête de la brigade des homicides, de passer à autre chose. Il accepte néanmoins de sortir de sa retraite par amitié pour le chef de la police qui lui demande de disculper son futur successeur mouillé dans un très vieille affaire : en 1990, après une fête donnée chez elle, on a retrouvé le corps sans vie de la jeune Isobel Vine. Suicide, accident, meurtre ? L’enquête fut d’autant plus délicate que quatre jeunes flics participaient à cette soirée. Elle fut classée sans suite, mais le doute persiste sur ce qui s’est réellement passé.

INTERVIEWS

Jean-Hugues Oppel pour 19500 dollars la tonne paru à La Manufacture de Livre : La finance qui joue avec des milliards qui n’existent pas mais que nous devons tous rembourser lorsque cela tourne mal, la bulle catastrophique qui se forme en ce moment même au-dessus de nos têtes, il y a tout cela dans l’histoire de ce roman. À travers quatre personnages symptomatiques de notre époque, l’ancien monde te le nouveau, encore plus effrayant, qui émerge. Un univers où l’on se bat pour quelques mètres de câblage en moins entre le centre de trading et le serveur de la Bourse, un monde où la vie, surtout celle des pauvres, ne vaut rien. À lire absolument avant la prochaine crise qui ne va plus tarder…

Elsa Marpeau qui vient de publier le superbe Les corps brisés chez Gallimard dans la collection La Série Noire : Sarah est une coureuse de rallye reconnue dans un milieu hautement macho. Un jour, lors d’une «spéciale», elle sort de route. Son coéquipier meurt sur le coup et elle se retrouve plongée dans le coma, avant de se réveiller paralysée des deux jambes. Elle intègre un centre hospitalier perdu en haute montagne, où rayonne un médecin que tout le monde surnomme le «docteur Lune».

Brisée physiquement et psychologiquement, Sarah développe une dépression paranoïaque, qui atteint son paroxysme quand la patiente qui partage sa chambre disparaît. Pour le personnel, il ne s’agit que d’une fugue, mais Sarah est convaincue qu’il n’en est rien…

Naïri Nahapétian nous parle de Jadis, Romina Wagner paru aux éditions de l’aube dans la collection l’aube Noire : Romina Wagner a toujours fait l’objet de rumeurs plus ou moins farfelues. Aussi, quand elle évoque auprès de son psychanalyste une drôle d’ambiance sur son lieu de travail, celui-ci n’y prête que peu d’attention. « Qui ­pourrait en vouloir à cette belle femme d’origine roumaine, ­ingénieure au sein de Microreva, une entreprise de haute techno­logie ? » se dit Moïni, un Iranien qui pratique des thérapies alternatives pour la clientèle huppée du quartier de la Butte-aux-Cailles, à Paris. Jusqu’à ce que l’étrange Parviz lui dérobe le dossier de sa patiente. Romina, bientôt accusée d’espionnage industriel pour le compte de puissances étrangères, plonge dans un cauchemar ­paranoïaque et ne peut plus faire confiance à personne, et surtout pas à son mari…

Le coin des éditeurs reçoit Isabelle Chopin, directrice éditoriale, qui nous présente sa maison, HC Éditions : créée en 1994, HC Éditions s’est tout d’abord lancé dans l’édition de beaux livres illustrés avant de passer en 2010 à la littérature. Quelques beaux thrillers à son actif comme Tu n’auras pas peur de Michel Moatti, Identités contraires d’Olivia Cattan ou Vaticanum de JR Dos Santos. Des polars qui ont tous pour point commun de traiter, en plus de raconter une intrigue, de la réalité sociologique, historique ou scientifique de l’époque dans laquelle ils se déroulent.

LA ZIK :

Un peu de rock australien, de la pop, de la chanson française, comme à l’accoutumée, on trouve de tout dans les polars…

Machine Gun Fellatio : Girl of My Dreams

The Beatles : Nowhere Man

Kaleo : Broken Bones

Éric La Blanche : Imbécile Heureux

The Coasters : Down In Mexico

Comment ça s’écoute Des Polars et des Notes ?

L’oreille collée à votre ordinateur, évidemment, afin de rester dans le thème et de fusionner à votre machine personnelle…

Concrètement, en consultant la grille des programmes de notre partenaire Radio Évasion ou en podcast en cliquant CI DESSOUS

Des Polars et des Notes #33

Publié le 27 avril 2017 par admin

Violences libérales…

Dites 33 ! Trente-troisième numéro de Des Polars et des Notes, toujours en bonne santé !

Une émission qui vous emmène dans les salles de marché découvrir quelques secrets et manoeuvres de traders reliant manipulations de la finance et terrorisme apocalyptique, dans des coins reculés d’Afrique et d’Europe où des multinationales sans scrupules polluent en toute impunité si les citoyens n’osent pas mettre les pieds dans le plat, sous la terre en France, dans le réseau fragile du karst normand mais aussi dans les violences générées par le cynisme capitaliste…

De quoi vous changer les idées, peut-être ? Pas vraiment mais, au-moins, les auteurs de polars osent parler de ce qui fâche, de tout ce qui est systématiquement poussé sous le tapis avec de jolis mots comme libéralisme, flexibilité, libre circulation des biens, sécurité du nucléaire, indépendance énergétique ou sûreté sanitaire et autres circonlocutions n’assumant pas les réalités de ce qu’ils recouvrent.

Des romans effrayants par leur crédibilité et les sujets évoqués, à découvrir pour ouvrir enfin les yeux avant qu’il en soit réellement trop tard…

Toutes ces découvertes illustrées avec la musique extraite des romans, glissée ici ou là dans le fil des récits.

Bonne écoute !

AU SOMMAIRE CE MOIS-CI :

INTERVIEWS

Éric Lange pour IL NE NOUS RESTE QUE LA VIOLENCE paru aux éditions La Martinière : Après mon premier crime, j’avais commencé à voir notre société différemment. Où que je regarde, le miroir se déformait. Des esclaves fabriquaient nos ordinateurs, des enfants cousaient nos vêtements, les profits des guerres assuraient la rentabilité de notre livret A. Nos bagues de fiançailles brillaient de diamants sanglants, mon voisin perdait son travail, sa vie, pour un actionnaire anonyme. Un vieillard était mort, seul dans une chambre, juste au-dessus de chez moi… Comment la société actuelle nous apprend à danser avec la violence.

Pierre Pouchairet nous dévoile LA PROPHÉTIE DE LANGLEY publié chez Jigal Polar : Trader d’une des plus prestigieuses banques françaises, Ludovic d’Estre brasse chaque jour des millions d’euros… Issu de la bourgeoisie versaillaise, la vie a toujours souri à ce surdoué de la finance. Mais tout va basculer lorsque avec Reda Soulami, son fidèle collaborateur, Ludovic va s’intéresser à une transaction douteuse… Un délit d’initié ? Peut-être pire ! Un polar hallucinant, tellement dense qu’il est difficile d’en parler sans en déflorer l’intrigue, un dénouement époustouflant.

David Humbert plonge sous terre avec KARST édité par Liana Levi : Trop curieux, trop honnête. Pour le lieutenant Paul Kubler, la sanction est un aller simple Paris-Rouen, avec affectation dans un commissariat de quartier de la cité normande, sa ville natale. Les premiers dossiers n’ont pas de quoi faire vibrer cet ex du quai des Orfèvres: promeneurs agressés dans les bois, ouvriers en colère pour cause de plan social… Mais un matin, les robinets des Rouennais commencent à crachoter de l’eau en Technicolor. Rose pâle, puis vert fluo. Quelqu’un pollue les sources. Du ministère de la Santé à la préfecture, on met la pression: il faut éviter l’affolement des usagers et stopper la crise. Un nouveau flic dans la paysage, et un bon, vulgarisation scientifique et vrai bon polar !

Le coin des éditeurs reçoit Delphine Hervo qui nous présente les Éditions LE LAMANTIN. Une maison à vocation sociale, fondée en 2008, qui publie des romans noirs pour adultes et pour la jeunesse, des livres ancrés dans le réel et porteurs de sens sur la société qu’ils décrivent. À noter ses interventions en milieu scolaire afin de promouvoir l’écriture dès le CM2, au collège et, bientôt, au lycée, chez les jeunes. Dernière publication : DANS L’OMBRE DU CHAOS de Jacques Fache, mettant en prise un groupe de citoyens, une ONG plus que trouble et des laboratoires pharmaceutiques voyous déversant des toxiques en Europe et au Mali.

LA ZIK :

Du rock un peu sauvage, de la pop et la plus douce des musiques classiques, comme les romans, la playlist va vous faire passer par tous les sentiments…

Rage Against The Machine : Sleep Now In The Fire

Pink Martini : Sympathique

Motörhead : End Of Time

Jimi Hendrix : Hear my train A comin

Erik Satie : Gnossienne N°2

Comment ça s’écoute Des Polars et des Notes ?

Sans surveiller les cours de la bourse, ils sont tous truqués comme l’expliquent si bien les auteurs et ne reflètent que la santé des actionnaires, vraiment pas celle de la planète et de ses habitants !

Concrètement, en consultant la grille des programmes de notre partenaire Radio Évasion ou en podcast en cliquant Ci-dessous

 


Contact mail : contact{@}radioevasion.net | Adresse : Radio Evasion, Place aux foires, 29590 Le Faou | Téléphone : 02.98.81.00.21 | Répondeur : 09.64.43.96.91