La fin annoncée des contrats aidés touche fortement les associations du Finistère ; pour certaines d’entre elles, y avoir recours est le seul moyen de créer de l’emploi et de fonctionner. En attendant la création d’un dispositif satisfaisant pour consolider l’emploi dans les associations, l’espace associatif peut être un appui précieux.

 

 

Le gouvernement a donc annoncé cet été le gel des contrats aidés et leur disparition à terme. En 2018, l’État financera encore 200 000 contrats uniques d’insertion / contrats d’accompagnement dans l’emploi (CUI-CAE) pour des structures du secteur non marchand : associations, services publics et collectivités locales. Le financement se limitera à 50% au lieu de 75% de l’emploi, et ces contrats seront réservés aux jeunes et aux moins qualifiés. Ils seront aussi réservés à des secteurs jugés prioritaires : la lutte contre la pauvreté ou l’aide d’urgence, l’accompagnement des enfants handicapés en milieu scolaire et l’outre-mer. Rien pour la culture, ni les radios associatives comme la nôtre…

Pourtant le Syndicat national des radios libres (SNRL) assure que plus de 60 % des emplois des radios associatives débouchent sur un contrat à durée indéterminée, le taux de satisfaction des salariés en emplois aidés est positif et très positif à 90 %. Ces salariés assurent des « missions de service public » en intervenant par exemple dans les écoles pour des ateliers de prise de parole en public ou d’animation radio.

 

Julia Laot est chargée de mission de l’espace associatif, basé à Quimper, mais qui couvre une bonne partie du Finistère puisque près de 900 associations sont adhérentes.
L’espace propose toutes sortes de services aux bénévoles dont un appui à ceux dont les associations créent de l’emploi  : bulletins de salaire, accompagnement juridique et social, etc.
Le DLA (Dispositif local d’accompagnement) est aussi un moyen pour les associations de repenser leur modèle économique et de diversifier leurs sources de financement avec l’aide de consultants dont la mission est financée par l’État.
Les associations peuvent aussi penser mutualisation : l’espace associatif met en place un groupement d’employeurs associatifs.

À terme cependant, les associations ont besoin d’un dispositif clair et stable pour pouvoir créer et pérenniser leurs emplois.

 

Autre témoignage, celui de Paul Robert-Kerouedan, rapporteur du panorama économique des activités culturelles et patrimoniales en Bretagne pour le conseil culturel de Bretagne. Il souligne l’importance des contrats aidés pour ce secteur : festivals, spectacles, animations …

Une solution pour diversifier ses ressources financières, le financement participatif (crowdfunding). HelloAsso aide gratuitement les associations à mener des campagnes d’appel au financement participatif.

 

À noter dans l’agenda : le forum national des associations a lieu le 12 octobre à Paris

 

Playlist de l’émission

 

  • Maud Geffray, Polaar
  • Tristesse Contemporaine, Let’s Go

Tous deux sur la scène de La Carène à Brest le 29 septembre 2017