Vendre des objets d’occasion à petit prix, c’est l’activité très connue d’Emmaüs dont un nouveau magasin ouvre à Plougastel-Daoulas. Mais ces récupérations et reventes permettent surtout de financer la véritable raison d’être des communautés fondées par l’abbé Pierre : l’aide aux compagnes et compagnons.

 

Dans l’ancien Lidl, zone de Ty ar Menez à Plougastel-Daoulas, le magasin propose 600 mètres carrés d’espace de vente pour des livres, vêtements, chaussures, objets de décoration, de table, jeux et jouets, quelques petits meubles. On peut y déposer ses objets du mardi au samedi toute la journée sauf le mercredi (après-midi uniquement). L’espace de vente est ouverte les mercredi et jeudi après-midi et samedi toute la journée.

Récupérer pour réinsérer

Ce qui est récupéré est trié sur place. Une partie des dons peut être revendue directement au magasin, ce qui n’est pas vendable à Plougastel est  envoyé à la communauté pour une autre valorisation : vente sur un autre espace (le magasin de Gouesnou pour les objets volumineux) ou envoi au recyclage (assuré par d’autres structures).
Cette activité de récupération et valorisation est la seule source de financement (avec les dons et legs) des 117 communautés Emmaüs de France.

La communauté Emmaüs locale est située au Relecq-Kerhuon, c’est l’une des plus anciennes. Une quarantaine de compagnons et compagnes (y compris une famille) y sont hébergés, nourris, accompagnés dans leurs démarches de santé ou administratives. Ce sont des personnes en grande précarité, des demandeurs d’asiles ou d’anciens prisonniers. La communauté leur propose cette activité de récupération, tri, réparation des objets. Ce n’est pas un contrat de travail, l’activité est adaptée aux capacités et affinités de chaque personne, parfois complétée par une formation qualifiante. La communauté cotise pour la retraite des compagnons et compagnes.

Emmaüs peut être un projet de vie

On peut passer une seule nuit au 5 rue Abbé Pierre, ou bien toute une vie. Chacun est libre de rester s’il respecte les règles de vie communautaires. Souvent, les compagnons retraités deviennent ensuite bénévoles de l’association. D’autres deviennent salariés. Certains bénévoles n’ont jamais été compagnons, ils sont les bienvenus aussi.

N’hésitez pas à donner vos objets au magasin Emmaüs de Plougastel-Daoulas ou à devenir, vous aussi, bénévole.

Ce reportage vous est proposé dans le cadre du mois de l’ESS (économie sociale et solidaire), qui vous propose de découvrir ces structures (associations, mutuelles, entreprises coopératives) qui mettent l’humain au cœur de l’économie, pendant tout le mois de novembre.