L’hiver est rude mais la nature peut nous aider à lutter contre les maladies et coups de fatigue. Le point sur les gestes à adopter, les fruits et légumes de saison et les plantes à utiliser en infusion, décoction ou application locale.

  • Catherine Gut, sage-femme phyto-aromathérapeute en retraite, présidente de l’association Heureux qui communique,
  • Sandrine Neveu productrice-cueilleuse de plantes médicinales,
  • Yann Germiot, naturopathe.

 

 

Une fois par trimestre, nous retrouvons nos herboristes de l’association Heureux qui communique, basée à Châteaulin et productrice de l’émission Au fil des saisons. Voici donc venu le temps de l’hiver et ses intempéries qui fragilisent nos organismes. Mais comme toujours, la connaissance de la nature nous livre ses défenses : fruits, légumes, et plantes à utiliser en tisanes ou massages, pour aider son corps à vivre en harmonie avec la saison.

Reins et vessie

En hiver, il faut veiller sur ses reins et sa vessie. Le système urinaire filtre le sang et les toxines. Il faut le maintenir au chaud, pourquoi pas, comme on le faisait jadis avec une ceinture de flanelle…
La saison froide est celle du grand Yin, une sorte d’hibernation du corps et de l’esprit. Après le retrait progressif à l’automne, on affronte la finitude et la mort pour mieux renaître ensuite. Se reposer en ralentissant ses activités, cultiver le feu intérieur, et le courage revient alors.

Quelques-uns des légumes et fruits d’hiver et leurs bénéfices

Carottes : riche en caroténoïdes (anti-oxydants : prévention du cancer, fonctions visuelles :
cataracte), et en fibres : maladies cardiovasculaires.
Choux : anti-oxydant, action anti-cancéreuse, à consommer toutefois avec modération + effet
hypothyroïdien. A consommer cuits, préférer les choux à feuilles aux choux-fleurs.
Cresson : action anti-oxydante en prévention du cancer, notamment pulmonaire chez les fumeurs,
et colorectal, effet goîtrogène (hypothyroïdien, famille des choux).
Endive / chicorée : anti-oxydante, présence de caroténoïdes, stimule la sécrétion de bile par son
amertume (comme autres plantes amères).
Poire : riche en anti-oxydants (pour la peau) et en fibres, protège des formations tumorales, diminue le taux de lipides sanguins chez les fumeurs et anti-oxydant chez les non-fumeurs. Favorise le transit (tonique).
Pomme : riche en anti-oxydants et en fibres (dont pectines : consommer la peau et pépins si bio ou du jardin), protège des affections artérielles, du cholestérol, freine la formation de tumeurs.
Kiwi : riche en anti-oxydants et en fibres. Protecteur du système cardiovasculaire, facilite
le transit par ses fibres et la cicatrisation (antimicrobien et modulation de la formation de
vaisseaux, intéressant y compris au niveau tumoral), contient une enzyme protéolytique
(digestion des protéines) qui aide à la digestion des protéines pendant les repas (son jus peut
attendrir la viande). A consommer avec modération : riche en jus et en acide, il refroidit le
corps.

Trois plantes de saison : églantier, bruyère et échinacée

L’églantier est un rosier (« rosa », « roz gouez » en breton) dit sauvage qui pousse naturellement dans la nature.
Arbrisseau à tiges dressées (pouvant atteindre 3m de haut) et à aiguillons très crochus. Il est de la famille des rosacées.
Nous nous intéressons ici à la baie ou faux-fruit, le cynorrhodon. (du grec « kunos », chien) appelé aussi “gratte-cul”. Très intéressant pour sa teneur en vitamine C, un des fruits les plus riches (100g de cynorrhodon = 1 kg de citron). En Finistère, la cueillette se fait sans attendre le gel s’il est tardif…quand les baies sont rouges et s’attendrissent donc jusqu’en janvier.
On l’utilise frais ou séché, en décoction, en infusion, mais aussi pour l’alimentation : liqueur, vin, sirop, confiture, gelée, purée.
C’est un tonique, qui aide à protéger l’organisme en hiver, il augmente la résistance face aux maladies infectieuses, notamment la grippe.
Décoction courte : 10g / 150ml (environ 5 cynorrhodons), 5 mn, infusion au chaud plusieurs heures
La bruyère utilisée le plus couramment est une « fausse bruyère » : « calluna vulgaris ». C’est une callune que l’on reconnaît à ses fleurs à 4 pétales soudés à la base.
La véritable bruyère qu’est « erica cinerea » (bruyère cendrée), aussi utilisée comme médicinale, a des grelots de couleurs rouge violacé sombre.
Les deux ont des vertus diurétique et anti-inflammatoire très intéressantes pour les reins, la vessie et la prostate.
Infusion : 2cs/250ml. 30 mn à 1h. Jusqu’à 1L par jour
La décoction a un effet plus astringent et anti-infectieux et de détoxification.
En curatif, aide à l’élimination des toxines et des petits calculs.
Décoction : 20 à 30g/L. Laisser réduire au tiers. Boire 500 ml à 1L / jour (de préférence entre les repas).
« Echinacea » fait partie de la famille des Astéracées. C’est une plante herbacée vivace, au port dressé rectiligne. Tige dressée, rugueuse, terminée par un capitule solitaire. Tête généralement pourpre.
Du grec ancien ekhinos : oursin, hérisson
La racine est la partie active de la plante utilisée. On récolte la racine à l’automne sur des plants de 4 ans.
Reconnue comme l’une des plantes les plus efficaces pour stimuler les défenses immunitaires et réduire les infections. Elle ne s’utilise pas en prévention mais dès les premiers symptômes ou si des personnes autour sont atteintes d’infections virales ou bactériennes.
La teinture est la préparation la plus efficace pour un usage interne. La première dose peut aller jusqu’à 1 goutte par kilo de poids de la personne. En cas d’infection aigüe, cette dose peut être répétée toutes les 2 heures pendant 24h. Ne pas prendre plus de 10 jours de suite. Continuer toujours 48h après la disparition des symptômes.
L’échinacée préserve les globules blancs ou leucocytes, ce qui peut intéresser les personnes sous traitement par radiations. Si elle cause une sensation de picotements sur la langue, c’est absolument sans danger. Mais des recherches ont soulevé de possibles contre-indications :
-risque allergique pour les asthmatiques et parfois d’éruption cutanée
-à éviter en cas de maladie systémique comme le sida, la tuberculose, les maladies auto-immunes…
 
Sitographie
http://www.passeportsante.net/fr
 
Playlist de l’émission
Hugo Kant, Odissi. Le 1er février 2018 au Novomax de Quimper.
BNRS, My head is into you. A la Carène à Brest, le 9 février 2018.