A l’occasion de la journée mondiale de l’eau et de la semaine pour les alternatives aux pesticides, le point sur les actions menées dans le bassin de la baie de Douarnenez pour la qualité de l’eau.

Entretien avec Henri Caradec, le président de l’établissement public qui en est chargé, l‘Epab, sa directrice Lise Le Bihan, et Arnaud Clugery, de l’association Eau et rivières de Bretagne.

 

Lutter contre les pollutions des eaux de surface ou souterraines est un travail de longue haleine. Sur le pourtour de la baie de Douarnenez, les différents acteurs de ce sujet (collectivités, Etat, associations, acteurs économiques) se sont retrouvés pour en discuter. Ils ont défini les enjeux prioritaires, et les actions à mener ont été confiées à l’Epab (établissement public pour l’aménagement et la gestion de la baie de Douarnenez). Le programme d’actions a été défini dans un Sage (Schéma d’aménagement et de gestion de l’eau)

Contrairement à son voisin l’Epaga qui gère le bassin versant de l’Aulne, l’Epab est peu concerné par les inondations. Ses actions portent plutôt sur la bonne santé écologique des 50 rivières qui se jettent dans la baie et des zones humides qui les accompagnent.

Réduction des nitrates

En premier lieu, il s’agit de lutter contre les nitrates – essentiellement d’origine agricole – qui font proliférer les algues vertes sur les plages de la baie. L’Epab poursuit un premier plan de lutte en accompagnant notamment les agriculteurs de la baie dans des pratiques nouvelles qui diminuent les apports en azote : réduction des fertilisants, couvert végétal permanent sur les champs … L’objectif est de passer sous le seuil des 15 mg/litre de nitrates dans les rivières du bassin d’ici 2025.  Une trentaine d’habitants du territoire participent aussi à une étude menée sur les eaux souterraines, via les puits et autres sources. L’impact sur la quantité de marées vertes sera lent mais les taux de nitrate eux sont en baisse constante depuis 2012.

Pesticides et bactéries

Le Sage de la baie de Douarnenez prévoit aussi des actions de réduction des produits phytosanitaires. Elles se traduisent en particulier par des formations des personnels des collectivités locales à l’entretien écologique des espaces verts, terrains de football et cimetières.
Enfin, la pollution bactériologique fait aussi l’objet d’actions de prévention pour éviter les interdictions de baignade sur les plages au retour des beaux jours.

Les agents de l’Epab mènent d’autres actions, comme la restauration des zones humides qui recyclent les nitrates, ou celle de la continuité écologique des rivières (pour la circulation des espèces animales, les poissons en particulier).

 

Playlist de l’émission 

Shaka Ponk, My name is Stain. Le 5 avril 2018 au Brest Arena

Inuit, Dodo Mafutsi. Samedi 24 mars 2018 au Run ar Puns de Châteaulin