Herwann Asseh et Morgane Le Bonniec de la compagnie Moral Soul dans la salle de parkour au Relecq-Kerhuon.

Herwann Asseh directeur et chorégraphe de la compagnie Moral Soul conçoit la danse au sens large. Attiré aussi bien par la capoeira brésilienne que par le parkour, il aime explorer ces expressions du corps dans ses pièces comme Manibus, qui évoque la communication entre femme et homme.

 

La compagnie est installée dans l’ancien bâtiment de la gare du Relecq-Kerhuon, rebaptisée Fam : Fabrique des arts en mouvement. Et c’est exactement ça : on peut y pratiquer aussi bien de la danse aérienne sur le mur du grand studio de répétition, que du parkour ou freerun – ce sport de déplacement urbain qui évite les trottoirs pour bondir d’un mobilier à un muret ou franchir les talus – ou pourquoi pas du cirque, du pole dance…

Un lieu modulable comme le danseur

Qu’il danse en salle, dans la rue ou dans le tram, Herwann Asseh est ouvert à tout et son atelier doit donc être évolutif. Certes, il est chorégraphe. Initialement attaché au Quartz, il a créé une vingtaine de spectacles au sein de la compagnie qu’il a fondée en 1993. Mais c’est aussi un athlète qui s’intéresse à toutes les disciplines liées au mouvement. Il y ajoute son esthétique et ses réflexions sur la société. Les rapports entres les femmes et les hommes sont actuellement le thème d’une trilogie dont le troisième volet est en cours de création (Du-all, Manibus, F(h)ommes). Il s’avoue aussi fasciné par la question transhumaniste ou par les intelligences artificielles, jusqu’à les intégrer dans sa scénographie.

“Je suis un opportuniste, je crée ma danse avec ce qui m’entoure”

 

Une action culturelle large

La compagnie Moral Soul, c’est aussi toute une équipe avec d’autres danseurs, une dramaturge, un compositeur, un costumier, une technicienne, et une chargée des actions culturelles. Lesquelles sont nombreuses. La compagnie propose des stages de parkour, de danse hip-hop ou contemporaine, pendant les vacances. Elle intervient auprès de publics spécifiques, incarcérés ou en situation de handicap. On peut aussi assister à des répétitions publiques à la FAM.

La page Facebook de la Compagnie Moral Soul