Parler (enfin) de l’endométriose | sur le 100.4 FM - Vous souhaitez partager une information ? Contactez nous au 02.98.81.00.21
 Mercredi 15 Août 2018 | sem. 33 |  | Bienvenue sur le site de la radio de l'aulne maritime.
Votre message à l'antenne ? 09.64.43.96.91
 

Actualités locales

Parler (enfin) de l’endométriose

Publié le 14 juin 2018 par admin

Aude Carfantan, la fondatrice de R’endo, entourée de deux de ses amies, Christelle Hary et Annaïg Hayel.

L’endométriose, c’est un peu comme les règles… un sujet quasiment tabou. Pourtant, cette maladie fait souffrir au quotidien une femme sur dix et elle entraîne parfois des stérilités. Aude Carfantan et ses amies ont décidé de briser le silence en créant l’association R’endo.

 

On peut parler d’une maladie multiformes : l’endométriose est à la base un trouble de l’endomètre mais ses effets sont très variés selon les femmes touchées. L’endomètre est le tissu qui tapisse la paroi de l’utérus pour lui permettre d’accueillir une éventuelle grossesse. Quand il y a endométriose, au moment des règles, au lieu de se désagréger et de s’évacuer normalement, l’endomètre se “disperse” et ses cellules se répandent dans tout le corps. On les retrouve essentiellement dans les organes reproducteurs (trompes, ovaires) mais aussi les appareils urinaire, digestif, et plus rarement pulmonaire. Comme les cellules d’endomètre “saignent”, elles génèrent des lésions, des adhérences et des kystes dans les organes colonisés, et c’est très douloureux.

Douleurs intenses, stérilité et préjugés

Si les organes génitaux sont trop abîmés, l’ovulation et la fécondation deviennent impossibles. En plus de souffrir, les femmes atteintes d’endométriose sont donc parfois stériles. C’est le cas d’Aude Carfantan qui a longtemps cherché un traitement adapté et qui n’a jamais pu avoir d’enfant.

En outre, elle était en butte aux jugements des personnes – y compris les femmes – qui ne souffrent pas et qui pour la plupart ne connaissent pas l’endométriose. Elle a longtemps cru qu’elle était particulièrement “douillette” pendant ses règles et même la plupart du temps (puisque les cellules d’endomètre éparpillées persistent un certain temps dans le corps).
Même des gynécologues aujourd’hui reconnaissent qu’ils ignorent tout ou presque de cette maladie alors qu’elle touche une femme sur dix (selon l’association R’endo France). Il n’existe pas de traitement médicamenteux efficace et il faut souvent se résoudre à l’opération, jusqu’à l’ablation des ovaires, des trompes ou de l’utérus.

Brochure d’information et randonnée de soutien

Pour faire connaître l’endométriose, Aude et ses amies ont organisé un premier événement, le 20 mai 2018 à Saint-Ségal : la R’endo. Une centaine de personnes ont participé à cette randonnée de soutien. Ce sera aussi le nom de l’association qui va voir le jour. Son objectif est de créer une brochure d’information grand public sur l’endométriose et d’organiser la randonnée une fois par an. Il s’agira aussi de tisser un réseau local d’entraide entre femmes atteintes par cette affection.

Le groupe Facebook public de R’endo

 

Playlist de l’émission

A l’affiche du festival du Bout du monde cet été :

Muyayo Rif, La Rebelión del Sin Nada

Caro Emerald, A night like this

 

 

Tags: , , , , , , , , , ,

 
Contact mail : contact{@}radioevasion.net | Adresse : Radio Evasion, Place aux foires, 29590 Le Faou | Téléphone : 02.98.81.00.21 | Répondeur : 09.64.43.96.91