En Bretagne comme partout en France, l’association Terre de liens œuvre pour une agriculture diversifiée, respectueuse de la nature, et qui permet aux producteurs de vivre de leur travail.

 
Véronique Conan est paysanne boulangère à Guilligormarc’h dans le sud Finistère et son mari est éleveur laitier. Elle est aussi administratrice de l’association terre de liens qui aide les agriculteurs à s’installer en bio ou en production paysanne.


L’association aide les candidats à l’installation à trouver les financements ; des citoyens investissent dans les exploitations via des groupements fonciers agricoles (GFA) dont ils achètent des parts sociales. 45 groupements fonciers agricoles ont ainsi vu le jour en Bretagne. L’association peut aussi être propriétaire des terres, via notamment la Foncière Terre de liens.

Produire bio, local et à taille humaine

Les producteurs aidés sont principalement en bio et écoulent leur production en circuit court : maraîchage, plantes aromatiques ou médicinales, petits élevages ou production-transformation comme l’exploitation de Véronique qui produit ses céréales et fabrique son pain.
L’objectif de Terre de liens est de limiter la disparition des exploitations et des terres agricoles dont 9800 hectares disparaissent chaque année en Bretagne. Première région agricole, elle a pourtant perdu un tiers de ses fermes en dix ans.
L’association vise également à limiter la concentration et à diversifier la production : 20 % des fermes bretonnes exploitent la moitié des terres agricoles. Pourtant plus de 1300 porteurs de projet cherchent actuellement des terres pour s’installer en Bretagne…