Comment transmettre l’esprit et la démarche scientifiques pour développer l’esprit critique, surtout à l’ère des réseaux sociaux, fake news, rumeurs et approximations ? En presqu’île de Crozon, une physicienne et un passionné d’astronomie développent la culture scientifique de tous par des animations concrètes et amusantes.

 

Geneviève Terrière, chercheuse en physique au CNRS, retraitée active, et Pascal Perdriau, président de l’association d’astronomie Cap des étoiles, ont déjà fait venir le Spatiobus en presqu’île de Crozon. Ils viennent de se doter d’un planétarium-dôme immersif itinérant qui va commencer ses activités à l’occasion de la fête de la science.
Du 12 au 14 octobre 2018, un village des sciences accueillera le public à Crozon.

Etre scientifique, c’est bien sûr être curieux, se poser des questions et chercher les réponses, mais aussi se remettre en question et éviter toute certitude. Même les sciences dites “exactes” passent leur temps à remettre sur le métier leurs théories, à les vérifier puis à les réétudier pour aller plus loin… Le “chercheur” par définition ne s’arrête jamais, s’il  “trouve”, ce n’est jamais définitif.

Optimisme du chercheur contre complotisme et obscurantisme

L’optimisme est son moteur ; et c’est ce qui le différencie aussi des conspirationnistes ou de ceux qui se contentent d’explications floues et pas ou mal vérifiées. Les amateurs de complot jouent sur les peurs, les angoisses et privilégient les explications sombres et pessimistes : les vaccins seraient dangereux pour la santé, l’homme n’aurait jamais atterri sur la lune, d’obscurs décideurs agiraient dans l’ombre pour nous nuire…

Pourquoi cette vision – si sombre qu’on la qualifie d'”obscurantiste” – connait-elle autant de succès ? La fondation Jean Jaurès s’est penchée sur la question et a récemment publié une étude sur la portée du conspirationnisme dans l’opinion publique française : édifiant !

Le problème est aussi lié au fonctionnement de notre cerveau : il a tendance à adhérer à l’explication la plus simple, même si elle est irrationnelle, pour économiser de l’énergie. Dans une publication scientifique récente vulgarisée sur Slate.fr, une équipe de neurologues et psychologues explique le mécanisme qui nous pousse à préférer le “pourquoi” au “comment”, bien plus exigeant en temps et en travail pour nos neurones…

Village des sciences et planétarium itinérant

Comment lutter ? En développant déjà la culture scientifique de tous et notamment des plus jeunes. On est crédule par non-connaissance des sujets et des méthodes de la science. L’ignorance heureusement, ça se soigne ! Et c’est même agréable quand il s’agit des animations proposées par Geneviève Terrière et Pascal Perdriau. Les 12, 13 et 14 octobre 2018, ils implantent donc un village des sciences à Crozon, à l’occasion de la fête de la science. Il y aura des expositions et des stands sur différents thèmes scientifiques, et ce sera l’occasion de tester le Chaudron des sciences, un dôme gonflable et transportable qui jouera tantôt le planétarium, tantôt la salle de cinéma documentaire immersive en presqu’île de Crozon et pourquoi pas dans toute la Bretagne. Des bénévoles pour animer les ateliers fusée et astronomie, ou les séances de projection sont les bienvenus !

Contacts
Cap des étoiles – Pascal Perdriau
Maison de la nature et des minéraux
Route du Cap de la Chèvre
29160 Crozon  02 98 27 43 49