Albane Durand, directrice d’Ehop et Armel Ménez, bénévole d’Octopouce.

Le covoiturage et l’auto-stop organisé sont deux façons d’utiliser autrement sa voiture : pour moins polluer et réduire son bilan carbone, autant augmenter le nombre de passagers et partager l’usage de l’automobile. Exemples locaux avec deux associations Ehop et Octopouce.

 

Le site de l’association Ehop

Le site de l’association Octopouce

L’association Ehop s’est donné pour mission de développer le covoiturage en Bretagne dans tous les secteurs : entreprises, loisirs, services publics, etc. L’idée est surtout de lever les freins psychologiques à la décision de covoiturer, de mettre fin aux idées reçues : ce sera forcément tous les jours, à des horaires contraignants, et si je ne m’entends pas avec mon “partenaire” de covoiturage ? En fait, la formule peut être bien plus souple que ce qu’on imagine, grâce aux outils numériques et aux smartphones. Et puis le covoiturage, l’essayer c’est l’adopter, parce que c’est souvent une expérience très sympathique !

Pour faire progresser le covoiturage, il faut lutter contre les idées reçues qui l’accompagnent.

L’auto-stop peut être coordonné. On peut créer des aires d’attente pour les stoppeurs et des auto-collants pour identifier les voitures de ceux qui les prennent en charge. L’auto-stop organisé, c’est ce que propose Octopouce en presqu’île de Crozon Aulne maritime. Une permanence a lieu chaque 2e samedi du mois de 10h à 12h dans la boutique Coworkpic, au centre de Crozon.