Depuis une vingtaine d’années la compagnie Tro-Héol s’illustre dans le théâtre de marionnettes. Daniel Calvo-Funes et Martial Anton, les directeurs artistiques et metteurs en scène de la compagnie, nous ont parlés de leur travail de création et de l’usage de la marionnette dans celui-ci.

Une compagnie de théâtre de marionnettes

Produisant des spectacles de théâtre conventionnels à ces débuts, la compagnie Tro-Héol a peu à peu commencée à incorporer les marionnettes dans les histoires qu’elle mettait en scène. Installée à Quéménéven depuis 16 ans, elle a créée une dizaine de spectacles de marionnettes dont sa dernière création, Le Complexe de Chita, écrit et mis en scène par Daniel Calvo-Funes.

La force évocatrice de la marionnette

Les marionnettes sont devenues les principaux acteurs de la compagnie car elles permettent, dans chaque spectacle, d’aborder des histoires fortes avec des problématiques parfois difficiles. Pour chaque spectacle créé et mis en scène par la compagnie Tro-Héol, le but est de provoquer une réflexion chez les spectateurs sur le thème et l’histoire mis en avant. L’utilisation des marionnettes leur permet de s’identifier et de se projeter dans l’histoire à travers les personnages animés par des comédiens.

Un lieu dédié à la création

La compagnie Tro-Héol bénéficie, à Quéménéven, d’un lieu qui lui est mis à disposition par la mairie. C’est dans l’ancienne école du village que la compagnie a pu y installer ses bureaux mais aussi son atelier pour fabriquer ses propres marionnettes. Le lieu est devenu l’espace de création de la compagnie qui bénéficie aussi d’une scène et qui invite régulièrement d’autres compagnies en résidence.