Le château de Kerjean vous propose de découvrir la culture singulière de la folie à la Renaissance. Sabrina Bisson, chargée d’exposition au château de Kerjean, François Dobrzynski, directeur du château nous ont présentés l’ensemble de l’exposition et l’introduction des oeuvres de Nicolas Fedorenko au sein du parcours.

Plusieurs visages de la folie

À la fin du Moyen Age et au début de la Renaissance la folie arbore plusieurs visages. Elle caractérise l’insensé, celui qui ne veut pas croire en Dieu, l’idiot ou encore le fou qui doit être soigné. Au travers des salles du château, l’exposition relate ainsi ces définitions mais aussi les représentations qui en étaient faites à l’époque dans la littérature et dans l’art. Une partie de l’exposition a notamment été consacrée à La Nef des Fous de Sebastian Brant et à L’éloge de la folie d’Érasme.

Des oeuvres contemporaines

Parmi l’ensemble de l’exposition on retrouve régulièrement des oeuvres de Nicolas Fedorenko. Artiste invité par le château de Kerjean et le centre d’art contemporain Passerelle, il s’est essentiellement inspiré des deux oeuvres littéraires mise à l’honneur pour produire une partie de ses sculptures en céramique et de ses peintures. La folie est un sujet qui l’a, déjà auparavant, fortement intéressé. Certaines de ses oeuvres réalisées en amont de l’exposition, y ont ainsi trouvé leur place.

Des parrainages créés à l’issu de l’exposition

Fou ? Visage de la folie à la Renaissance, c’est aussi le moyen de découvrir les moyens préconisés à l’époque pour soigner de la folie et les éléments qui y étaient associés, comme le costume de fou. Pour cette exposition, deux parrainages ont été développés par le château de Kerjean. Le premier avec l’atelier d’insertion l’Envers du décor de Morlaix qui a réalisé une partie du costume de fou exposé dans une des salles du château. Et le second avec le Centre de réhabilitation social Roz Ar Scour et Aïssaya Quinio qui est psychiatre au sein du centre, ce parrainage a permis de développer un groupe de parole au sujet des troubles psychologiques.

L’exposition est visible jusqu’au 3 novembre au château de Kerjean à St Vougay.