Les 27 et 28 juillet 2019, la ferme de Kernivinen à Argol réédite son festival de musique électro, rock, punk et chanson française. La preuve qu’on peut à la fois élever des poules en Finistère et organiser des concerts pour les habitants de la presqu’île de Crozon et pourquoi pas les touristes. 

La page Facebook de la Kerniv’in fest

La page Facebook de la ferme de Kernivinen 

Tout est parti d’un terrain de la ferme (bio) de Kernivinen à Argol, inadapté à l’agriculture mais parfait pour faire une fête entre copains au bord de l’eau. Le festival proprement dit est né en 2018, un peu “improvisé” au départ et il revient donc cette année, les 27 et 28 juillet 2019.

Un festival à l’image des habitants d’Argol 

Mais l’édition 2019 du Kerniv’in fest est préparée depuis février ; et ce ne sont plus seulement les éleveurs de Kernivinen, Maud et Jonathan, qui s’y collent, mais une association – à Argol on rigole – avec une vingtaine de bénévoles. C’est aussi l’intérêt de ce festival. Il s’agit bien d’un projet collectif qui rassemble plusieurs habitants d’Argol ou de la presqu’île de Crozon, et notamment d’autres agriculteurs : la ferme cidricole de Kermarzin ou encore Romain Balestreri, futur producteur de spiruline et …musicien. On peut être éleveur ou agriculteur et aimer la musique au point de devenir organisateur d’événement… Et c’est aussi l’occasion de démentir l’idée qu’Argol ne serait qu’un village-dortoir. Ici, comme dans bien des petites communes rurales du Finistère, il y a bel et bien de la vie ! 

Une scène pour des découvertes et des artistes du Finistère avant tout 

Le Kerniv’in fest est aussi le reflet des idées de ses organisateurs : on privilégie le local et le circuit-court. La plupart des groupes qui se produiront sur la scène du festival en juillet vivent en Finistère, ou en Bretagne, certains sont même eux aussi paysans. De même, la restauration et la bière proposées pendant le festival sont bio et locales. Pas question non plus de proposer “un festival qui ressemble à un élevage industriel de poulet”. L’événement garde une taille humaine pour rester chaleureux.
Electro (avec DJ) et rock-punk sont les styles dominants du Kerniv’in fest, mais on y écoutera aussi de la chanson française (engagée) : la ToMaTe SaNs CoU (ragga jungle), Matador 80 (rock punk), Monsieur Roux (chanson à textes), Prince Ringard (Punk à chats, chanson à texte, de Spézet), Karguedoul Orchestra (groupe punk dont le chanteur est un éleveur ; en écoute pendant l’émission, son titre Chez Camille

Mais aussi Art koc’h god poppers (punk hardcore), Voodoo chouquette (krust), Krusty Grind Band (krust)

Le dimanche, ça continue avec un set Drum n bass par Busta, le groupe Serge 80 (reprises de Serge Gainsbourg) et Machin Tabou (nouveau projet de plusieurs membres de Sheer K) et les Black Star Liner. 

L’association cherche encore une dizaine de bénévoles pour l’accueil du public, l’organisation du stationnement, les services divers pendant le festival.
Le Kerniv’in fest peut accueillir jusqu’à 500 festivaliers. Tarif : 15 € les deux jours et 10 € pour le samedi soir. Gratuit pour les enfants accompagnés. Restauration : crêpes. Camping gratuit.

Pour acheter vos billets pour le Kerniv’in fest, cliquez sur ce lien Wezeevent