Josef Schovanec – photo Loïc Lharidon

Dans un système scolaire classique, mis en place pour un seul type de personne, les enfants en situation de handicap ont du mal à trouver leur place. Josef Schovanec, philosophe et voyageur “avec autisme” était l’invité du lycée de l’Aulne de Châteaulin. Face aux professionnels de l’enseignement, il a pu plaider pour un système éducatif véritablement inclusif. 

Le lycée de l’Aulne à Châteaulin, impliqué dans l’inclusion de tous les enfants

Le lycée agricole de l’Aulne à Châteaulin fait tout son possible pour que les enfants atteints d’autisme, d’épilepsie, ou de tout type de handicap se sentent bien tout au long de leur scolarité. Le vendredi 3 mai 2019, le lycée organisait une conférence autour de l’accompagnement du handicap en milieu scolaire. Une centaine de professeurs mais aussi des représentants de la Région Bretagne et de l’enseignement agricole ont participé à cette journée. Il s’agissait d’y échanger des idées, des solutions pour que l’école ne soit plus un problème pour les jeunes atteints d’un handicap. La journée s’articulait en deux temps : une intervention de Josef Schovanec, philosophe, écrivain et chroniqueur sur Europe 1, puis des ateliers et des témoignages d’anciens élèves et de jeunes autistes à propos de leurs parcours scolaires. 

Une école adaptée à la multiplicité des “modèles humains”

Pour Josef Schovanec porter une attention particulière à ces jeunes au sein de l’école devrait aller de soi, pour des raisons tout simplement humaines. Adapter les règles, les cadres serait un début. Davantage, c’est aussi une question culturelle qui remet en cause le style cognitif, la façon d’apprendre et la manière d’être de tout le système scolaire. L’école devrait intégrer le fait que les humains sont divers et variés, qu’il n’en existe pas qu’un seul et unique modèle. Pour Josef Schovanec, qui vit lui même avec un autisme Asperger, il s’agit d’un défi a relever. Les expériences menées de par le monde montrent des résultants surprenants quand des systèmes personnalisés sont mis en place. Mais il s’agit d’un chantier commun qui nous touche tous.

Intégrer les familles dans la transformation de l’école 

Pour mettre en place un système véritablement inclusif avec tous les enfants, il faudrait aller puiser les idées a la source. Autrement dit consulter les familles. Cela doit être un travail démocratique et non un travail mené par des politiques qui, selon Josef Schovanec, manquent d’expérience sur ce sujet. Le philosophe plaide également pour une refonte de la formation des enseignants, laquelle s’appuie actuellement sur les théories et reste inefficace en conditions réelles. Josef Schovanec invite les professionnels de l’éducation en contact avec des enfants touchés par un handicap à se constituer une boite à outils, à partager avec leurs pairs. Et de nous rappeler que la loi de 2005 affirme que « toute personne handicapé a le droit à la solidarité de l’ensemble de la collectivité nationale ».