Bertrand Grall, dessinateur et technicien au Centre départemental d’Archéologie du Finistère, étudie depuis quelques temps les stèles gauloises du Finistère, avec sa collègue archéologue Anne-Françoise Cherel de l’Inrap. Il nous détaille son travail sur ces stèles et ce qu’elles nous apprennent sur l’âge du Fer en Bretagne.

Les stèles de l’âge du Fer

Il existe des milliers de stèles de l’âge du Fer en Armorique (mais aussi dans tout le grand Ouest) même si c’est dans le Finistère et le Morbihan qu’on en trouve le plus. Du premier âge du Fer à la seconde moitié de la Tène soit une période de 300 à 400 ans de production (de – 500 à – 200 environ). On cesse donc de les fabriquer au cours de l’âge du Fer. Elles sont même cassées, ce qui laisse supposer une dé-sacralisation de ces pierres décorées. L’embase d’une très grande stèle a été retrouvée à Keralio (Pont-l’Abbé), mais la pierre avait été brisée elle aussi.
La majorité des stèles connues ne sont plus sur leur lieu d’origine. Il est donc difficile de connaître toutes les utilisations possibles de ces stèles. Pour celles qui ont été retrouvées en contexte, elles sont associées à des rites funéraires.
Les traces archéologiques repérées dans le sol suggèrent aussi qu’il aurait pu exister des stèles en bois.

Les archéologues ont classé les stèles gauloises en 5 typologies, selon leur forme et leur décoration. Les profils constants laissent supposer que les sculpteurs utilisaient des gabarits avant de façonner leurs stèles.
Quant aux pierres utilisées, il s’agit de blocs locaux, parfois très gros.

Le rapport de prospection archéologique et inventaire des stèles de l’âge du Fer de Cornouaille de Bertrand Grall et Anne-Françoise Cherel (2014)

Pour en savoir plus sur les stèles de l’âge du Fer de l’Ouest armoricain