“Quand j’ai commencé le piano à l’âge de six ans et que je l’ai abandonné dix années plus tard, rien ne laissait penser que j’y reviendrais. C’est bien plus tard, voyant ici ou là un piano sur lequel j’aurais bien posé mes mains, que j’ai repris l’instrument. L’évidence était bien là : il fallait que je compose, que j’improvise, que je chante ! Ce qui fût dit, fût fait…”

Et elle a bien fait…Une conversation au Bistrot, sincère et sans fioritures… Dominique met en valeurs ses musiciens, ses amis et ses “Coups de Cœur’…à consommer sans modération!