A Commana, les bénévoles de l’association Lichen entretiennent le petit patrimoine architectural local : fontaines, calvaire, lavoir… Ils ont même reconstruit à l’ancienne l’un des 59 kanndi de la commune et ils le font visiter en racontant l’histoire de l’artisanat du lin dans les monts d’Arrée.

Consultez le site internet de l’association Lichen à Commana 

Le petit patrimoine bâti de Commana

L’association Lichen assure l’entretien et la rénovation du petit patrimoine matériel de Commana : fontaines, calvaires … et kanndi nom breton qui signifie “maison à blanchir” ou buanderie. C’est dans le kanndi qu’on blanchissait autrefois la fibre de lin en la laissant tremper dans une cuve d’eau chauffée à laquelle on ajoutait de la cendre, et ce plusieurs fois en alternance avec une exposition au soleil et à la lune. L’opération pouvait donc être longue et laborieuse.
Commana a compté jusqu’à 59 kanndi. L’association en a retrouvé les traces de 35 et elle a rénové celui de Rozonoual.

La rénovation à l’ancienne d’un kanndi témoin de l’artisanat du lin

Une reconstruction à l’ancienne, sur fondations du bâtiment originel situé au bord du Mougau : récupération des pierres sur place, maçonnage avec de la chaux, charpente réalisée avec des chênes de Commana, voliges en épicéa de la commune également, ardoises locales – retrouvées ou données – posées par l’un des bénévoles de Lichen, ancien couvreur, faîtage à lignolets (décoration traditionnelle des toits des monts d’Arrée)…
La rénovation a eu lieu en 2012 et depuis, les alentours sont entretenus par l’association qui propose des visites tout public tous les mardis de juillet et d’août (et des visites de groupes sur demande à l’année).
La visite de ce kanndi vous permettra de découvrir au passage l’histoire de l’activité linière dans les monts d’Arrée, du XVe au XIXe siècle. Lichen est d’ailleurs adhérente de l’association Lin et chanvre en Bretagne.