Christelle Rousseau, responsable Ina à Radio France, rencontrée lors du festival Longueur d’ondes à Brest en février 2019.

 

Face à l’immensité des productions de Radio France, la préservation de ce patrimoine sonore est un véritable défi. C’est l’Institut national de l’audiovisuel, l’Ina, qui est chargé de cette délicate mais passionnante mission. 

Depuis 1975, l’Institut national de l’audiovisuel a pour mission de conserver et valoriser les programmes de radio, télévision, vidéo et publicité. Des archives de l’audiovisuel français qui remontent aux années 1930 dans le cas de la radio. Avec un fonds particulièrement important lié à la radio publique, le média le plus ancien…

L’Ina et Radio France, des liens anciens et étroits 

Christelle Rousseau, responsable de l’antenne Ina à Radio France travaille donc au cœur de la Maison ronde où elle veille sur la préservation et le devenir des émissions de toutes les antennes. Plus d’un million d’heures de programmes radio sont conservées par l’Ina ! L’institut stocke et entretient, voire restaure, les archives sonores sous différents supports : disques vinyles de 78 tours, bandes magnétiques, CD, fichiers numériques…

Quelles émissions conserver ?

Sélectionner ce qui doit être conservé a longtemps été un vaste programme qui obligeait à des choix cornéliens… Que garder dans les archives de Radio France ? C’est un comité de sélection du groupe public qui a longtemps fait le tri, avec des critères forcément subjectifs. Ainsi les émissions de variété des années 1970 n’ont pas été jugées dignes de passer à la postérité, de même que certaines actualités de mai 1968 ont été perdues ! 
A l’ère du numérique, la question du choix se pose moins, tous les programmes ou presque sont conservés quotidiennement.

L’art de décrire une archive sonore

Un gros travail des agents de l’Ina consiste à explorer, indexer et décrire les sons conservés. La notice d’une émission comprend son titre, voire celui de la série à laquelle elle appartient, mais aussi la date d’enregistrement, de diffusion (si elle l’a été), la durée, les intervenants, un résumé précis, etc. C’est de cette description que dépendra ensuite l’identification et le repérage d’une archive pour son éventuelle réutilisation.

Les multiples vies des archives radio

L’usage des archives dépend de chaque station de Radio France : de la rediffusion intégrale des Nuits de France Culture à la sélection de courts extraits des journaux d’actualité d’une époque révolue pour illustrer les émissions d’histoire comme Affaires sensibles sur France Inter, en passant par l’exploitation d’enregistrements qui n’avaient jamais été diffusés comme nombre de concerts de jazz désormais valorisés sur France Musique. C’est justement l’apanage du service public de partager ce patrimoine musical et sonore.