Drosera plante carnivore des tourbières des monts d’Arrée

 

Le Cragou-Vergam et le Venec dans les monts d’Arrée sont des réserves naturelles gérées par Bretagne vivante qui les entretient, les protège et les observe. On y trouve des landes et surtout des tourbières, milieux naturels exceptionnellement riches en biodiversité mais très vulnérables.

Une fois par mois, retrouvez l’association Bretagne vivante dans Lem

En tant que conservateur pour Bretagne vivante, Emmanuel Holder assure aussi bien de l’accueil des groupes en visite dans les réserves, que des tâches administratives, de la recherche de financement, de la police de l’environnement, de l’entretien des milieux et du suivi naturaliste. 

Tourbière du Venec

La réserve naturelle nationale du Venec est petite (48 hectares) mais remarquable pour sa tourbière bombée. La tourbière se constitue depuis 5000 ans grâce à l’eau et l’absence d’oxygène qui transforment les végétaux (sphaigne, molinie), non pas en terre mais en tourbe. Les pollens qu’on y trouve peuvent être très anciens et sont conservés par ce milieu. On peut donc lire dans la tourbière le passé de l’environnement local. La tourbière du Venec est liée à l’activité humaine puisque ce sont des brûlis agricoles qui ont permis les conditions de développement de la tourbe. Relativement peu exploitée, la tourbière du Venec est bien conservée, surtout depuis qu’on a ennoyé la zone pour le réservoir de la centrale nucléaire de Brennilis (elle est désormais entourée d’eau). C’est un milieu naturel très rare, complété de lande tourbeuse et prairie humide. Bretagne vivante est chargée de la conservation de la réserve, la préservation des espèces animales et végétales qui en dépendent et l’évaluation de l’état de santé de la tourbière. Le projet de l’association et de ses partenaires (dont l’Etat) est d’agrandir la réserve à plus de 300 hectares. 

Landes tourbeuses du Cragou-Vergam

La réserve naturelle régionale des landes du Cragou et du Vergam couvre quelques 700 hectares de lande tourbeuse, un milieu qui est propre au Finistère (même la lande écossaise est différente). C’est une tourbière peu profonde, en pente, où l’eau ruisselle. S’y ajoute sur les crêtes un peu de lande sèche (fauchée par des agriculteurs moyennant une indemnité), et une lande mésophile. La lande humide est entretenue par les vaches nantaises, bien adaptées, et quelques poneys Dartmoor. Sans ce débroussaillage humain ou animal, la lande se transformerait en forêt et perdrait sa faune et sa flore spécifiques. 

Faune et flore des landes et tourbières

Sur les landes, les buzzards sont heureux et planent à la recherche des rongeurs. L’engoulevent est chez lui aussi. Pipit farlouse, Alouette des champs, Bruand jaune apprécient aussi. Côté reptiles on trouve la Vipère péliade, la Couleuvre à collier et le Lézard vivipare, grenouilles agiles ou rousses, Triton marbré et de nombreux insectes – des libellules très rares et 330 espèces de papillons nocturnes – mais aussi la Musaraigne aquatique et la loutre. Le cerf a fait son grand retour en Finistère dans quelques endroits, et notamment les landes du Cragou et du Vergam. 

Les végétaux des landes et tourbières vont des droseras et utriculaires carnivores, aux bruyères, en passant par l’ajonc Legall ou la Succise des prés, sans oublier les molinies, joncs, mousses et lichens. 

Bretagne vivante propose des visites guidées des landes et tourbières en été, n’hésitez pas à vous informer !