Avec Ostrea et Argo, les meilleurs amis de la planète, l’Ifremer passe par le conte pour faire comprendre le changement climatique et ses impacts sur l’océan. Outil de vulgarisation scientifique, ce dispositif pédagogique est aussi inclusif car il est accessible aux personnes en situation de handicap visuel ou auditif.

Découvrez le conte inclusif Ostrea et Argo, les meilleurs amis de la planète sur le site internet de l’Ifremer

Création du conte avec les scientifiques et les associations de personnes en situation de handicap visuel ou auditif 

C’est lors de l’événement La mer XXL à Nantes que l’Ifremer Bretagne a présenté ce nouvel outil pour faire comprendre au plus grand nombre l’impact des activités humaines sur les milieux naturels, en particulier l’océan. Outre le réchauffement climatique, les pollutions ont des effets sur toutes sortes d’organismes vivants. La première phase de travail a consisté à collecter les données scientifiques auprès des différents chercheurs, en compagnie du service de médiation scientifique de l’Ifremer.
A partir de ces données, trois personnages ont été créés : Ostrea l’huître qui souffre de différents troubles et se demande pour quelle raison, Argo le flotteur muni d’instruments de mesures des différentes données qui intéressent les scientifiques (4000 flotteurs sont répartis sur toute la planète), et Elodie la chercheuse qui explique les phénomènes constatés par Ostrea et Argo.
Enfin, Ostrea et Argo les meilleurs amis de la planète a été adapté pour être accessible aux personnes sourdes, malentendantes, malvoyantes ou non-voyantes avec l’aide des associations spécialisées dans le handicap auditif ou visuel. Une version en braille, en gros caractère, et une version audiovisuelle du conte avec interprétation en langue des signes sont disponibles. Scolaires, associations, individus…tout un chacun peut télécharger le conte sur le site internet de l’Ifremer et s’en saisir. 

Le  dérèglement climatique, un phénomène complexe expliqué simplement 

Les huîtres sont de bonnes “sentinelles” des impacts du dérèglement climatique et des pollutions d’origine humaine sur le milieu naturel. D’une part, elles sont présentes dans toutes les mers du globe, d’autre part, elles sont plutôt résistantes ! Les chercheurs de l’Ifremer étudient en laboratoire leurs réactions aux variations de température ou aux pollutions. Ces études sont complémentaires des éventuels prélèvements d’huîtres sur le terrain. 
Le CO2 – principal gaz à effet de serre émis par les activités humaines – se dissout partiellement dans l’océan et contribue à son acidification ; laquelle nuit à la formation des coquilles des huîtres et autres coquillages. Par ailleurs, la montée en température des eaux marines peut entraîner une baisse de la quantité d’oxygène présent dans l’océan, une hypoxie dont souffrent les organismes marins. S’y ajoutent les pollutions diverses comme les micro-plastiques qui fragilisent les invertébrés (et les autres animaux).
Tous ces désordres expliquent les maux dont souffre Ostrea, le personnage du conte, une Crassostrea gigas, huître creuse courante de l’ostréiculture française. 
L’objectif du conte est de nous faire comprendre qu’en matière de dérèglement climatique, tout est lié.

Ostrea et Argo les meilleurs amis de la planète est aussi un spectacle (conte interprété en langue des signes) qui sera présenté au Congrès mondial de la nature à Marseille et aux fêtes maritimes de Brest 2020.