Balade estivale à Lopérec, aux portes des monts d’Arrée, à la découverte de quelques arbres remarquables de la commune. Une balade proposée par Hervé Guirriec et Jean-Yves Kerhoas, auteurs de plusieurs ouvrages sur les plantes. 

Les jeudis de l’été à Lopérec sont botaniques et emmenés par Hervé Guirriec et Jean-Yves Kerhoas, par ailleurs auteurs de plusieurs livres sur les plantes du Finistère, des pommes aux fleurs, en passant par les légumes.
Par cette belle journée d’août 2019, ils nous ont fait découvrir quelques arbres remarquables de la commune et des environs.

Des arbres remarquables chargées des grandes et petites histoires de Lopérec

Deux hêtres en bord du chemin de randonnée dont on mesure la hauteur avec deux baguettes de bambou et le théorème de Thalès : la croix du bûcheron qui permettait d’éviter les chutes malencontreuses des arbres qu’on abattait. Pas question de couper ces deux arbres sans doute bien appréciés des promeneurs par temps chaud. Leur circonférence atteint 2, 7 mètres et ils ont entre 100 et 150 ans (les hêtres poussent vite). 

Le chêne de Kerguelfen, près de la maison du maire de Lopérec, est très vénérable. Il est en phase de vieillissement et remonterait à 1610 environ, à l’époque du règne d’Henri IV. Il est percé d’un petit trou où on fixait autrefois le madrier pour presser les pommes quand venait la saison… sa circonférence atteint 5,40 mètres. 

Trois grands ifs au vieux bourg de Quimerc’h, près de la chapelle en ruines de l’ancien village (il s’est déplacé au XIXe siècle pour se rapprocher de la voie ferrée). L’ossuaire a été rénové récemment. Les ifs sont des arbres sacrés pour les Celtes car ils font le lien entre la terre et le ciel. Ce sont aussi des symboles de longévité. Les chrétiens ont continué à les planter dans les cimetières. Ces ifs remontent sans doute au XVIe siècle, date de la construction de l’ossuaire. Tout est toxique dans cet arbre, sauf la pulpe de la baie. 

Dans la haie qui cerne la table d’orientation, on remarquera peut-être un houx centenaire. 

Au lycée agricole du Nivot, plusieurs arbres et plusieurs histoires associées : un hêtre pleureur, un chêne liège et un séquoïa
et dans le bois du Nivot, au bord de la rivière Rivoal, le chêne dit “Teepee” en raison de sa forme évasée vers le bas qui évoque les tentes d’indien.