Tous les objets découverts lors de prospections et fouilles archéologiques en Finistère sont confiés au dépôt, situé au centre départemental d’archéologie du Faou. Visite guidée en compagnie de la régisseuse Élodie Guézennec. 

Chaque département compte un dépôt archéologique. Et la loi impose que le mobilier archéologique (objets, restes animaux ou humains) mis au jour lors des différentes opérations (fouilles préventives, relevés, fouilles programmées) y soit conservé.
Au centre départemental d’archéologie du Finistère, au Faou, c’est Élodie Guézennec qui est la régisseuse du dépôt.

Un lieu d’études et de conservation

Même s’il n’est pas accessible au grand public, le dépôt archéologique est un lieu de passage. Archéologues, étudiants, chercheurs, conservateurs de musée peuvent venir travailler sur des objets particuliers après en avoir obtenu l’autorisation officielle.

Le dépôt compte plusieurs salles en plus de celle (immense) où sont stockés les mobiliers : bureau de la régisseuse, bureau pour sa collègue de l‘Inrap, laboratoire de nettoyage des pièces, salle de réception et d’étude, et…zone de “quarantaine” pour les pièces qui attendent d’être étudiées avant d’être stockées.

Même celles qui sont stockées doivent être régulièrement examinées pour vérifier leur bon état de conservation. S’il le faut, la régisseuse assure des opérations d’entretien. Parfois, elle mène aussi l’enquête pour retrouver l’archéologue ou la fouille à l’origine de certaines pièces, quitte à s’en séparer si les objets ont été mis au jour dans un autre département que le Finistère.

“Sans son contexte, un objet archéologique ne nous apprend pas grand chose”

On comprends dès lors l’importance de la notice qui accompagne chaque objet et permet de l’identifier précisément (description, date et lieu des fouilles, nom de l’archéologue, etc.).
Les mobiliers les plus fragiles (en matières organiques comme les bois et tissus par exemple) ont droit à des caissons de conservation spécifiques dans lesquels température et hygrométrie sont contrôlées.

Elodie Guézennec nous a sorti quelques objets du dépôt : morceaux de fresques et de céramique sigillée de l’Antiquité, pierres taillées de la préhistoire …qui nous laissent entrevoir la richesse archéologique du Finistère.