Claire Duval-Ollivaud et Anne Raffray deux militantes de la Ligue des droits humains de presqu’île de Crozon qui organise le festival des libertés chaque année.

 

Le festival des libertés présente une sélection de films sur les droits humains du 31 janvier au 13 février 2020 dans les cinémas de Crozon et Camaret. La Ligue des droits humains de presqu’île de Crozon en fait aussi un temps fort d’éducation et de débat autour des questions d’actualité géopolitique, sociale et environnementale.

Découvrez le programme de la sixième édition du festival des libertés sur la page Facebook de la LDH presqu’île de Crozon

Réécoutez notre émission Extra-muros en direct du Festival des libertés le samedi 1er février 2020 au cinéma Le Rex de Crozon.

Cette année encore, le festival des libertés présente une sélection de 15 films, documentaires et fictions, en une vingtaine de séances, du 31 janvier au 13 février 2020, dans les cinémas Le Rex à Crozon et Le Rocamadour à Camaret-sur-Mer.
Radio Evasion animera l’émission en direct de l’ouverture du festival le 31 janvier 2020 à 19 h au Rex, juste avant la projection de Demain est à nous, documentaire de Gilles de Maistre. Un débat sur la jeunesse et l’engagement avec les élèves de 3e du collège Alain de Crozon sera proposé.

Un festival inévitable … tant que les droits humains seront bafoués

Environnement saccagé par des méga-feux liés à l’inaction politique contre le réchauffement climatique et qui mettent en danger les animaux, y compris humains, violences sexistes ou policières, restrictions de la liberté d’expression… les sujets de mobilisation pour les défenseurs des droits humains comme les adhérents de la Ligue ont encore été nombreux cette année. Le Finistère et la presqu’île de Crozon ne sont pas épargnés. Actuellement, c’est une famille tchétchène qui s’est vu refuser le droit d’asile alors qu’elle est objectivement en danger dans son pays et qu’elle s’intègre parfaitement en presqu’île. Sans statut, le père de famille ne peut pas travailler, ce qui lui est reproché par l’administration française, un comble !

Sensibilisation et éducation citoyenne et politique des enfants

Le festival des libertés propose une programmation spécifique de films destinés aux plus jeunes. Le film d’ouverture Demain est à nous présente les projets menés par des enfants des quatre coins du monde, projets parfois ambitieux et portés par des convictions fortes malgré le jeune âge des protagonistes.
En outre, cette année, quatre films d’animation – à voir dès 3 ans pour l’un – abordent toutes les thématiques du festival : droits des minorités, menaces sur l’environnement, oppression politique, violence, peur… 1200 enfants des écoles primaires et collégiens du secteur assisteront aux projections, en complément des interventions que peut mener la LDH toute l’année en classe, en particulier sur la question du harcèlement. Ces séances jeune public sont ouverte à tous et toutes.

Des débats avec les associations locales et des réalisateurs de films

Presque tous les films sont accompagnés d’un débat ou d’un échange avec différentes associations selon les thèmes. On pourra par exemple rencontrer la journaliste grecque Angélique Kourounis à propos de la crise économique grecque traitée par le film Adults in the room de Costa-Gavras, l’association Ethique sur étiquette évoquera la mondialisation, la consommation et l’exploitation des travailleurs pauvres avec Made in Bangladesh de Rubaiyat Hossain, l’association Assak témoignera de la guerre en Syrie après la projection de Pour Sama de Waad al-Kateab, Gert-Peter Bruch le réalisateur de Terra libre (à voir en avant-première le 8 février 2020) commentera ce film sur la déforestation et les indiens d’Amazonie, Acza de Rennes évoquera le mariage forcé des jeunes filles autour de la fiction Le mariage de Verida de Micheal Occhipinti, l’Ulamir propose un débat sur la parentalité après la projection du documentaire Même qu’on naît imbattables, de Marion Cuerq et Elsa Moley.