La grossesse peut parfois sortir des schémas les plus classiques : bébé unique attendu et désiré, conçu naturellement et grossesse sans incident…
En cas de grossesse “surprise”, de procréation médicalement assistée voire de deuil pré-natal ou même en cas de grossesse gémellaire, l’accompagnement en haptonomie peut apporter une aide précieuse.

Emission réalisée avec Carole Kerbiriou, praticienne en haptonomie à Douarnenez

La précédente émission nous a permis de comprendre ce qu’une démarche d’haptonomie peut apporter dans la construction d’une relation entre l’enfant à naître et ses futurs parents (y compris au sein du couple). Dans le cas d’une grossesse espérée qui se déroule sans incident, le triangle familial y gagnera en attachement confiant, en complicité, en respect des autres. Mais que se passe-t-il quand la grossesse est “atypique” ou qu’elle survient dans des circonstances particulières ? Plus que jamais, un accompagnement en haptonomie peut être aidant.

Grossesse inattendue

L’haptonomie peut aider un couple stressé par la nouvelle d’une grossesse qui survient dans un contexte difficile : problèmes de santé, difficultés économiques et financières … pour ne pas se laisser submerger par ses soucis et vivre malgré tout l’arrivée du bébé comme un événement positif et enrichissant.
Si la grossesse n’était pas un projet (relation occasionnelle ou conflictuelle), la situation est plus délicate. Si la femme décide néanmoins de garder son enfant malgré le père (ou si le père accepte sa paternité mais en dehors d’une histoire de couple), elle peut néanmoins s’impliquer dans une démarche d’haptonomie. La praticienne recommande alors à la mère de se faire accompagner d’un(e) proche qui permettra d’éviter la fusion mère/enfant.

Médicalisation : procréation médicalement assistée, interruption médicale de grossesse

Quand un couple éprouve des difficultés à avoir un enfant, il peut déjà s’intéresser à l’haptonomie qui pourra l’aider à construire une relation au-delà de son désir de parentalité, quitte à accepter d’y renoncer sans trop de souffrance.
En cas de recours aux techniques de PMA (procréation médicalement assistée), l’accompagnement haptonomique peut permettre de ré-humaniser l’acte de donner la vie, en dépit de son aspect technique et médical (traitement hormonal, insémination avec donneur, implantation de l’embryon…). Tout simplement, l’haptonomie permet aussi à chaque parent et au couple de passer outre les contraintes et les angoisses (délai administratifs ou médicaux, nombre limité d’interventions, “obligation de résultat”, peur de l’échec…) et de vivre malgré tout les tentatives de procréation comme une étape riche et positive de l’histoire familiale.

Cas tragique, celui de la grossesse désirée mais interrompue pour raison médicale. Le fait d’avoir été jusqu’au bout de la relation avec l’enfant avant même sa naissance, par l’haptonomie, aidera paradoxalement les parents à vivre puis évacuer leur deuil.
La situation est globalement la même en cas de décès pré-natal. Avoir “connu” son enfant à naître, avoir créé un lien affectif avec lui/elle in utero permet au parent de cerner, d’identifier clairement son chagrin et de pouvoir en guérir plus facilement que lorsque la souffrance n’a pas d’ “objet” clair.

Jumeaux et plus…en haptonomie

Aussi surprenant que cela puisse paraître, l’accompagnement en haptonomie d’une grossesse gémellaire voire multiple permet à la mère, puis au père, de “distinguer” avant même leur naissance, les différents enfants et leur personnalité propre ! On peut même percevoir les relations qu’ils entretiennent entre eux, dans l’utérus. Et les parents peuvent alors, le cas échéant, rééquilibrer la relation entre des jumeaux, triplés ou davantage, tout en se préparant à les considérer chacun(e) comme des personnes uniques.