Le métal a une longue et belle histoire en Bretagne. Localisée en centre-Bretagne, l’extraction du minerai a aussi forgé le territoire ici et là. Yves Coativy, professeur d’histoire à l’Université de Bretagne Occidentale et président de la Société archéologique du Finistère nous raconte un pan parfois méconnu de l’histoire bretonne.

Le site internet de la Société archéologique du Finistère

Un sous-sol riche en minerais

Le sous-sol breton attise les convoitises aujourd’hui encore. La terre de notre région contient toujours de l’or (oui, oui !) et jusqu’à très récemment des campagnes de prospection étaient d’actualité. L’extraction minière pose aujourd’hui de très nombreux problèmes environnementaux… et les regards actuels se tournent plutôt vers le recyclage des métaux. Mais avant cela, il a bien fallu prélever les différents minerais.

Le métal en Bretagne : une histoire ancienne

La Bretagne, tout au long de son histoire, a diversifié ses ressources pour ce qui concerne le métal : or, argent, étain ou plomb. L’exploitation laisse des traces dans le paysage, et les minerais breton se retrouvent aussi dans la monnaie bretonne. Le sous-sol est exploité depuis l’âge de Bronze, l’or sous forme de pépites ou de paillettes est exploité quelques milliers d’années avant Jésus-Christ. L’or est un métal rare, qui demande beaucoup d’effort de prospection. Et très tôt, les humains comprennent que l’or se conserve bien. 

Du métal pour la vie quotidienne

Le métal devient vite indispensable à la vie quotidienne. Le fer sert à fabriquer de l’outillage, des armes pour la vie quotidienne, antique et médiévale. Le fer est cependant un produit rare, jusqu’à la fin de Moyen Âge : quand les Anglais viennent piller l’abbaye de Saint-Mathieu, ils repartent en emportant les ferrures des portes. Comme la Bretagne est riche en métaux, elle échange avec l’extérieur. Et dans notre région, on a abondamment frappé monnaie dès le IIIème siècle avant JC et jusqu’à la fin du 18ème siècle. 

Qu’est ce que la société archéologique du Finistère ?

La Société archéologique du Finistère (SAF) s´attache depuis la fin du XIXe siècle à étudier et à faire connaître l´histoire et le patrimoine du département du Finistère. Elle publie un bulletin annuel depuis 1873 et a été reconnue d´utilité publique en 1889. A ce jour, la SAF est une des plus importantes sociétés savantes de France. Elle compte 1050 membres environ, de tous âges et de tous milieux. Elle compte parmi ses membres des historiens, des historiens de l´art, des archéologues et des érudits qui se chargent de la publication du bulletin.