Les œufs de Gravelot à collier interrompu, posés à même le sol, en haut de plage. Photo G.Mannaerts.

Pendant le confinement, les animaux sauvages, notamment les oiseaux, ont pris leurs aises sur le littoral. Le retour des humains sur les plages doit se faire avec précaution en cette période de reproduction. Il faudra par exemple faire attention aux œufs des Gravelots à collier interrompu, posés à même le sable ou les galets.

Retrouvez Bretagne vivante – SEPNB une fois par mois dans Lem

Des “nids” rudimentaires à même le sol et pas très visibles

Les Gravelots à collier interrompu nichent sur les plages bretonnes (de la baie du Mont Saint-Michel jusqu’au sud du Morbihan) ou d’ailleurs (du Portugal aux Pays-Bas). Cette année, le début de leur période de reproduction et de nidification a coïncidé avec le début de la pandémie de covid-19. Ce petit oiseau limicole rare et protégé est très dépendant de la bande littorale et il choisit pour nicher les hauts de plage (laisse de mer, cordons de galets, cordon coquilliers, dunes etc), des milieux eux-mêmes menacés.

Couvaison sans cesse perturbée par les humains ou les chiens

Les œufs sont déposés dans un léger creux, à même le sable, dont ils ont la couleur, ce qui les rend particulièrement vulnérables. Les promeneurs et pratiquants des sports et loisirs nautiques sont donc autant de sources de dérangement des nichées (dont 8 sur 10 n’arrivent pas à terme) : quand les œufs ne sont pas écrasés, la couvaison est sans cesse interrompue par l’approche des humains ou de leurs chiens (ils doivent être tenus en laisse à cette période de l’année). Ensuite, seulement 14% des pontes avec poussins à l’éclosion donneront des oiseaux capables de voler. Même si la population des Gravelots a collier interrompu s’est un peu étoffée ces dernières années grâce aux mesures de protection, l’espèce reste très fragile (230 couples ces dernières années).

Les naturalistes de Bretagne vivante et d’autres associations partenaires installent autour des nids sur les plages de petits enclos, associés à un panonceau d’information : des espaces de quiétude dont il ne faut pas s’approcher.

Bonnes pratiques pour protéger les Gravelots et leurs nichées à la plage

En cette période d’après confinement et de retour vers les plages, adoptez – au moins le temps de la saison de nidification (mi mars/début septembre) – un comportement adapté pour la protection et la conservation des Gravelots à collier interrompu et plus largement pour la faune et la flore du littoral :

  • Tenir vos chiens en laisse sur les plages et privilégier les sorties à marée basse. Dans le Finistère les chiens sont interdits sur les plages du 1 juin au 30 septembre

  • Éviter de marcher sur le haut des plages et la laisse de mer où nichent les Gravelots et pousse la végétation des haut de plages, elle aussi très sensible et rare

  • Eviter le dérangement de la faune sauvage. Les dérangements causés par les chiens et les hommes sont autant d’occasions pour les oiseaux nicheurs, migrateurs et hivernants de dépenser de l’énergie inutilement et donc d’impacter leur condition corporelle et à terme leur survie.

  • Respecter les mesures de protection mises en place sur les plages : enclos, panneaux d’information et de sensibilisation

  • Ramasser les macro déchets en vous assurant qu’un nid n’est pas caché en dessous

  • Ramasser les déjections de vos animaux car cela impacte le milieu naturel et notamment la végétation (enrichissement de sol pauvres), ainsi que l’état sanitaire des plages.

Ces consignes sont valables pour toute l’année et dépassent le cas du gravelot. La protection des gravelots dépasse largement le cadre de ce petit oiseau. Il s’agit d’une action globale qui prend en compte la conservation d’un écosystème sensible.

Pour en savoir plus sur les actions de Bretagne vivante en faveur du Gravelot à collier interrompu

Un enclos de signalement d’un nid de Gravelot à collier interrompu – photo Bretagne vivante.

Participez au recensement des gravelots en Bretagne du 8 au 14 juin 2020

Bretagne Vivante et ses partenaires, comme chaque année depuis 2011, organisent en juin le comptage concerté régional pour recenser la population nicheuse de Gravelot à collier interrompu sur le littoral breton.
En 2019 l’effectif régional était estimé à 224 couples, avec le comptage de juin perturbé par une tres mauvaise météo, contre 235-240 couples entre 2015 et 2018 à 240.
 
L’unique recensement pour 2020 est prévu entre le 8 et 14 juin. Il s’agit de trouver une demie-journée (de préférence le matin) ou la journée durant cette semaine pour recenser l’ensemble des sites connus et potentiels de vos secteurs et de pouvoir mobiliser le plus de monde possible. L’objectif de cette prospection est de recenser les individus reproducteurs. A cette occasion, la recherche de nids et la lecture de bagues ne sont pas les priorités.
 
Des personnes référentes coordonnent localement le comptage concerté qui va de la Baie du Mont saint Michel au Golfe du Morbihan en passant par les îles. 
Pour en savoir davantage et participer, contactez Bretagne vivante