une image extraite de la série De la limite à la marge de Marc Loyon

“Depuis la terre ferme” est une exposition de photographie – et d’autres formes d’expression artistique – qui se décline en trois lieux de Brest, du 19 juin au 12 septembre 2020, pour explorer les frontières entre le milieu terrestre et le milieu marin.

En savoir plus sur l’exposition sur le site internet de la vile de Brest

La photographe Julie Hascoët avait été chargée du commissariat d’une seule exposition photographique en lien avec les fêtes maritimes de Brest 2020. L’édition des fêtes est repoussée à 2021 mais pas l’exposition. « Depuis la terre ferme » s’est en fait multipliée et se développera en trois chapitres et trois lieux au bord de la Penfeld à Brest.

La thématique générale s’intéresse à la frontière – pas si nette – entre terre et mer. Il faut comprendre le mot frontière au sens large, pas forcément politique mais comme un dialogue entre les deux espaces, terrestre et maritime…

Une exposition, trois lieux à Brest

A la Maison de la fontaine sont exposés jusqu’au 12 septembre 2020 les travaux de Léna Araguas, Aurore Bagarry, Nicolas Floc’h, Marc Loyon, Mathieu Pernot et Séverine Vermersch. La notion de photographie s’y étend à l’installation, au livre, à la performance et à la vidéo.

L’exposition du Local de la Pointe – jusqu’au 30 août 2020 – est participative. 18 photographes brestois.es – professionnel.le.s ou amateur.e.s – ont été sélectonné.e.s après un appel à participation : Franck Le Baudy, Nathalie Bihan, Sofian El Bouchtaoui, Thibault Cocaign, Daniel Desbruyeres, Laëtitia Donval, Nicolas Filloque, Anne Garel, Guilhem Gauguier, Jérôme Goslin, David Hinfelaar, Jérôme Lepioufle, Rodrigo Llopis, Antoine Mallier, Daniel Molinier, Yves De Orestis, Michel Poulain et Alain Le Saux. « Le port : un espace entre, un espace autre » aborde le port comme espace poétique autant que politique.

C’est au Jardin des explorateurs que s’ouvre le troisième chapitre de ce voyage. En écho à l’exposition permanente sur les voyages scientifiques du XVIIIe siècle, on découvre (jusqu’au 12 septembre 2020) l’histoire personnelle de Kingsley – son exil depuis le Cameroun – photographiée par Olivier Jobard.

Projection de clôture avec la Cinémathèque de Bretagne

A noter dans votre agenda, ce rendez-vous pour clore l’exposition, avec le soutien de la Cinémathèque de Bretagne, jeudi 10 septembre 2020 à l’auditorium des Capucins :

Racleurs d’Océans – 45 min. Une cinéphonie pour chalutier et ondes Martenot : projection de rushes numérisés 16 mm d’Anita Conti (Racleurs d’Océans, 1952), accompagnée musique live (ondes Martenot) par Julie Normal, lecture de fragments du journal de bord d’Anita Conti par la comédienne Saadia Bentaïeb, conception et mise en espace par Louise Hémon.

Le Passage de la Ligne – 45 min. Présentation de Louise Hémon autour du rituel du passage de la ligne / Projections d’extraits commentés des films suivants :

  • Aconit en mer – Dominique Louis 1975 / Super 8 / couleur / muet
  • Pêche au grand large – Loïc Chantereau 1958 / 8 mm / couleur / muet
  • Et vogue la galère – Patrick Drouard 1965-66 / 8 mm / n&b et couleur / muet

Entrée libre et gratuite sur réservation avant le 1er septembre 2020
Inscriptions via l’adresse mail : terreferme@mairie-brest.fr