Camélias, rhododendrons, hortensias, magnolias, azalées…toutes sont des plantes de terre de bruyère. Les sols de la Bretagne et du Finistère sont favorables à ces espèces multiples que nous présente Marie cultive. Elle nous donne quelques recommandations pour bien les planter et les entretenir.

Suivez le site internet de Marie cultive et la page Facebook de Marie cultive

Bien sûr, la bruyère…mais de nombreuses plantes emblématiques de la Bretagne comme l’hortensia, le rhododendron ou le camélia sont aussi des plantes qu’on dit “de terre de bruyère”. Cela signifie qu’elles apprécient les sols acides (nombreux dans le Finistère) ; il se trouvent qu’elles profitent également du climat breton : fraîcheur et ombrage (mais pas trop de vent). On les trouve souvent en forêt et sur les sols sableux. La “famille” comprend aussi les azalées, hamamélis, l’érable du Japon. De nouvelles variétés sont créées en permanence. Bref, vous aurez le choix !

Un terreau de feuilles, et même des aiguilles de pin peuvent être une bonne base pour les installer. Ensuite, il faut veiller à éviter que les plantes de terre de bruyère soient exposées à un soleil trop intense ou à des embruns. On pourra enrichir leur pied au marc de café ou avec du compost (mais pas à la cendre, trop basique ). Paillez pour éviter que la motte se dessèche au vent. La taille dépend des plantes que vous aurez choisi.

En massif ou isolées, en jardin zen ou romantique, les plantes de terre de bruyère s’épanouiront bien dans les jardins finistériens, mais évitez de les installer en pots.