Pendant le mouvement des Gilets jaunes, des citoyen(ne)s du pays de Brest se sont retrouvé(e)s régulièrement pour travailler sur une proposition de Référendum d’initiative citoyenne. Une réflexion en profondeur sur les fondements et le fonctionnement de notre démocratie qu’elles et ils aimeraient prolonger et développer.

Retrouvez le lundi dans Lem les initiatives pour le monde d’après avec le collectif Transition citoyenne en pays de Brest 

 

Le mouvement des Gilets jaunes, école de débat

Elisabeth et Patrick sont allés jusqu’au bout de la réflexion et de la proposition de création d’un Référendum d’initiative citoyenne (Ric). C’était en effet sur ce thème que portaient les débats lancés par le mouvement des Gilets jaunes à la maison du peuple de … à Brest en 2018. Il existe plusieurs sortes de référendums d’initiative citoyenne : le Ric législatif qui porte sur des propositions de lois citoyennes, le Ric abrogatoire pour abroger des lois, le Ric constituant qui vise à modifier la constitution, et le Ric révocatoire pour remettre en cause un mandat d’élu ou une nomination ministérielle. Les discussions pouvaient donc porter sur un large pan du fonctionnement de la démocratie actuelle ; ce n’était d’ailleurs pas toujours facile ! Parmi les inspirations des participant(e)s, les ateliers de démocratie lancés par Etienne Chouard.

Au départ, une vingtaine de personnes de tous horizons et de tous âges sont venus dans ces assemblées. Peu à peu cependant (au bout de 6 mois), le nombre de participants s’est réduit et ils n’étaient plus que trois à rédiger un rapport très complet, véritable mode d’emploi du Ric tel que pourraient le mettre en place les dirigeants pour plus de démocratie directe. On n’en est pas là. Pourtant, le travail citoyen a été riche et stimulant. Retour d’expérience.

 

L'expérience de l'atelier sur le Ric après le mouvement des Gilets jaunes

La démarche participative et la vision de la politique

Les débats autour du Ric ont eu plusieurs mérites : une pratique concrète du débat, un apprentissage de la recherche du consensus, la prise de conscience de la diversité des points de vue et de la possibilité, malgré tout, de les concilier.
Autre vertu importante : redorer l’image de la politique. Celle-ci semblait, dans l’assemblée des participants et plus généralement des Gilets jaunes, trop souvent associée au seul processus électoral avec toutes ses connotations négatives : promesses non tenues, élites trop éloignées des préoccupations de la population, impression d’une absence de débat et de concertation en dehors des campagnes, perte de confiance générale… Les échanges qui se sont tenus à Brest ont au moins eu le mérite de rappeler que la politique avait aussi un autre visage : débat, argumentation, réflexion sur le système de représentation et le pouvoir, volonté de vivre ensemble, etc.

 

Apprentissage d'un débat démocratique et nouvelle vision de la politique

Refonder notre démocratie : redéfinir la “chose” publique

Puisque la politique au sens noble du terme c’est l’art de vivre ensemble et de décider ensemble, puisque la République vient du latin “res publica” chose publique, un point de départ des ateliers pour une nouvelle démocratie pourrait être le débat suivant : qu’est-ce qui doit être du ressort de l’Etat ? Qu’est-ce qui doit être laissé aux initiatives privées ? Qu’est-ce qui est de l’ordre du public, qu’est-ce qui ne doit pas l’être ?

Radio Evasion vous tiendra informé/e/s de la suite du projet des ateliers pour une nouvelle démocratie.