L’année 2020 aura marqué tout le monde. De très nombreuses entreprises finistériennes font face à la crise et font le dos rond. David Pliquet, fondateur et dirigeant, d’E-mage in 3D nous décrit son vécu de la période et les adaptations qu’il met en place dans son entreprise.

Étonnamment pour le secteur des technologies numériques, on aurait pu imaginer que le contexte sanitaire allait favoriser leur essor. Avec E-mage in 3D on est très loin d’Amazon ou des autres GAFA. Une entreprise dépend de ses partenaires et collaborateurs, ainsi David Pliquet nous rappelle avec force et conviction qu’une entreprise aussi grande soit-elle n’est rien sans entraide. Une entreprise du secteur des nouvelles technologies est-elle obligatoirement une start-up ? A contrecourant des clichés, David Pliquet dirige E-mage in 3 D avec ses idées. Le chiffre n’est pas sa seule affaire. La recherche de productivité maximale n’est pas forcement son “truc”.

La période récente a néanmoins permis à E-mage in 3D de proposer de nouveaux outils, en développement à la finition, et de permettre aussi leur diffusion. E-mage in 3D travaille toujours sur les TMS (troubles musculo-squelettiques) et propose des solutions de prévention aux entreprises grâce à de la capture de mouvement. Ça, c’est pour le concret et l’existant, le côté pragmatique d’E-mage in 3D. Mais derrière cet aspect visible, il y a un long travail de réflexion, parfois aussi de recul et de prise de distance nécessaire. David est un acteur engagé du domaine des nouvelles technologies et porte aussi un regard très critique : sur le développement de l’application mobile TousAntiCovid en ce qui concerne l’actualité par exemple. Plus généralement, il évoque aussi le transhumanisme forcené qui, selon lui, n’est pas peut-être pas forcément la meilleure des manières de concilier progrès et technologie. Dans la conduite de son entreprise, cette réflexion sur ces questions a obligatoirement un impact.