La loi dite de Sécurité globale est en débat à l’Assemblée nationale à partir de ce 17 novembre 2020. Certaines de ses mesures inquiètent la Ligue des droits humains. La LDH de la presqu’île de Crozon organise des rassemblements citoyens tous les samedis du confinement pour appeler à la vigilance autour des libertés.

Retrouvez les informations sur la loi de sécurité globale et la mobilisation pour préserver les libertés sur la page Facebook de la LDH presqu’île de Crozon

Pétition et lettres aux député/e/s à propos de la loi de Sécurité globale

La LDH (et bien d’autres associations) dénonce plusieurs volets du projet de loi et invite tou/te/s les citoyen/ne/s à écrire à leur député/e/s pour les alerter sur

-l’extension prévue aux polices municipales des compétences de la police nationale, ainsi que des risques d’une privatisation de la police en contradiction flagrante avec les normes constitutionnelles en déléguant aux agents privés de sécurité des pouvoirs réservés à la police judiciaire,

-l’instauration d’une surveillance généralisée de l’espace public, en autorisant l’Etat à utiliser des drones avec caméras. La loi permettrait aussi l’utilisation immédiate des images des « caméras mobiles » portées par les policiers et leur analyse automatisée pour reconnaître en temps réel l’identité de tous les manifestants (reconnaissance faciale),

-la pénalisation de la diffusion d’images de policiers ou de gendarmes agissant dans le cadre de leurs missions d’ordre public, portant atteinte à la nécessaire transparence de ces opérations. Une telle mesure, avec des sanctions très lourdes (1 an d’emprisonnement et 45 000 € d’amende) empêcherait tout contrôle citoyen, voire le travail des journalistes, en favorisant l’impunité d’auteurs de violences policières. L’Onu a d’ailleurs rappelé la France à l’ordre sur ce point arguant que “L’information du public et la publication d’images et d’enregistrements relatifs à des interventions de police sont non seulement essentiels pour le respect du droit à l’information, mais elles sont en outre légitimes dans le cadre du contrôle démocratique des institutions publiques.” 

Une pétition en ligne est par ailleurs adressée au ministère de l’Intérieur. 

Rassemblements d’expression citoyenne le samedi matin à Crozon

Pendant toute la durée du deuxième confinement, la LDH de la presqu’île de Crozon et de l’Aulne maritime invite la population (petits commerces, bars, restaurants, enseignantes, enseignants, écolières, écoliers, collégiens, collégiennes, personnels hospitaliers, artistes, ouvrières, ouvriers, artisans, artisanes, chômeuses, chômeurs,
paysannes, paysans, retraité-es et l’ensemble des personnes fragilisées…) à se rassembler chaque samedi à 10h30 devant la mairie de Crozon pour renforcer la justice sociale et protéger nos droits fondamentaux avant qu’il ne soit trop tard. 

“Le travail parlementaire doit aller à “l’essentiel”, la crise sanitaire ne doit pas servir de tremplin au vote de lois destructrices de l’environnement ou liberticides.”