Quand la durée des journées recommence à croître, au solstice d’hiver, on marque ce retour des “beaux jours” par des fêtes. Les Celtes en profitaient pour vénérer Cernunnos à la lueur des torches. Les Chrétiens ont inventé Noël et tout son cortège décoratif : sapin, boules et guirlandes…

Suivez la page Facebook de la Maison des contes et légendes de Cornouaille

Cernunnos, dieu du solstice d’hiver

Savez-vous que les fêtes de fin d’année existaient bien avant les chrétiens ? Plus précisément les Celtes fêtaient le solstice d’hiver autour du 21 décembre, à partir duquel les jours recommençaient à rallonger. Le solstice d’hiver était le moment où le dieu celte de la nuit Cernunnos était au sommet de sa puissance et régnait sur tout, puisque c’est la période de l’année où les nuits sont les plus longues. Le solstice d’hiver était l’occasion pour les celtes de lui offrir des sacrifices afin d’appeler sa bénédiction sur les récoltes à venir et d’implorer son aide pour que le soleil ne poursuive pas sa période descendante dans le ciel et ne se retrouve au royaume des morts. Cernunnos finit toujours par accepter et redonne de l’élan au soleil après le solstice d’hiver. Certains arbres, ayant auparavant servi de refuges à Cernunnos lorsqu’il est revenu du royaume des morts sont alors décorés en remerciements. On allumait aussi des feux pour fêter les journées qui commençaient à rallonger et aider le dieu du soleil Lugus-Bélénos à revenir car, depuis sa défaite contre son jumeau Cernunnos, il est coincé au royaume des morts.

Voilà d’ailleurs un usage qui s’est poursuivi sous l’ère chrétienne en Cornouaille, c’est pourquoi on se rendait à la messe de minuit en s’éclairant avec des torches.

Cernunnos régnant encore en maître à cette période de l’année, c’est à lui que l’on offrait des sacrifices surtout pour obtenir sa bénédiction sur les récoltes à venir, car c’était le dieu de la nuit mais aussi celui de l’abondance.

On retrouve une trace de cette croyance dans la tradition cornouaillaise qui veut que plus la nuit de Noël est sombre, meilleures seront les récoltes.

Noël et les innovations chrétiennes

Pourquoi décore-t-on les sapins pour les fêtes de Noël ? Ce sont les seuls arbres qui, selon les légendes, n’ont pas changé depuis qu’ils ont quitté le Paradis. On les a donc utilisés pour fêter le retour de Dieu sur la Terre puisque c’est ce que représente Noël pour les chrétiens.

Mais pourquoi les boules et les guirlandes me direz-vous, impatient que vous êtes de tout savoir sur les traditions de Noël ! Patience, patience, voilà pourquoi :

Quand Adam et Eve furent chassés du Paradis pour avoir mangé une pomme alors que Dieu le leur avait interdit. Ils l’avaient fait parce que le Diable sous la forme d’un serpent dans le pommier les avait poussés à le faire.

Donc pour se rappeler le paradis perdu, à partir du XVIème siècle, on a accroché des pommes dans le sapin, des pommes brillantes, puis on y a mis également des serpents en papier de couleur claires et brillantes afin qu’on les remarque bien et que l’on se souvienne des raisons pour lesquelles les hommes furent chassés du Paradis.

Seulement, il y avait des périodes où les fruits manquaient.

Lorsqu’il y avait la guerre, il y avait souvent la famine et on ne trouvait plus de fruits nulle part, ou alors, on considérait que c’était du gâchis de mettre des pommes dans le sapin alors que la famille mourait de faim. C’était bien normal. Donc on a remplacé ces pommes par des boules en tissus puis en verre, puis en plastique brillant. Ce sont les boules de Noël que vous connaissez encore aujourd’hui. Les serpents quant à eux se sont transformés en guirlandes brillantes.