Ce samedi 17 octobre 2020, la librairie Ravy à Quimper a invité la romancière Carole Martinez pour nous présenter son dernier roman Les Roses Fauves.

Photo : Gérard Fourel

Après Le cœur cousu, Du domaine des murmures et La terre qui penche, Carole Martinez nous propose avec Les roses fauves – chez Gallimard – un roman foisonnant d’histoires de femmes incroyables et rempli de nature sauvage et entêtante.

Dans cet entretien, elle nous confie ses premiers souvenirs d’auteure alors qu’elle était encore écolière.

Carole Martinez, romancière féministe ?

Elle nous donne son avis sur certains aspects de la langue française, notamment la féminisation des mots et le manque de neutre.

Elle nous parle du rôle central que tiennent les femmes dans ses écrits ; par un choix radical et assumé, la femme est et restera au centre de tous ses romans.

Elle nous confie son absence souvent prégnante de mémoire, ne sachant plus toujours situer la frontière entre réalité et invention. Mais elle admet ne pas manquer d’imagination, comme si l’imagination contre-balançait son manque de mémoire.

Par un petit jeu de questions idiotes et décalées, elle nous parle aussi de ses goûts culinaires et de tous ces petits arrangements que l’on fait tous avec la vérité pour rendre la vie plus jolie.