L’association des Pétrolettes va être créée le 17 Décembre 2020, journée internationale de lutte contre les violences faites aux travailleurs et travailleuses du sexe. Les Pétrolettes souhaitent lutter contre le tabou imposé au travail du sexe et mettre en place une véritable entraide entre les travailleur.euse.s du sexe de Bretagne.

Travail du sexe

Dorys est la représentante Bretagne du STRASS. Ce Syndicat du TRAvail Sexuel lutte au niveau national depuis 10 ans contre les stigmatisations et les violences subies par les travailleur.euse.s du sexe. Il milite pour l’accès aux droits communs et a pour objectif de décriminaliser le travail du sexe. Le travail du sexe regroupe différents métiers :  cam girls, stripteaseur.euse.s, escorts, travail de rue traditionnel, etc.

Depuis la loi de 2016, les client.e.s sont pénalisé.e.s (1500€ d’amende). De fait, le nombre de client.e.s a diminué, réduisant les ressources des travailleur.euse.s du sexe mais surtout précarisant leurs conditions de travail. Moins nombreux.ses, les client.e.s peuvent plus facilement imposer leurs prix et leurs conditions comme le non port du préservatif. Les travailleur.euse.s du sexe ont aussi dû s’éloigner des regards pour rassurer leurs client.e.s ce qui rend plus dangereux leur travail.

Cette loi de 2016 a aussi des conséquences plus larges sur la vie des travailleur.euse.s du sexe. Par exemple, si une personnes s’assure que son ami.e travailleur.euse.s du sexe va bien après un rendez-vous avec un.e client.e, cette personne devient un.e proxénéte de soutien, même s’il n’y aucun échange d’argent. Un rapport de Médecins du monde et de nombreuses associations a démontré que cette loi précarise et tue les travailleur.euse.s du sexe.

Création de Pétrolettes

Dorys est aussi l’une des fondatrices des Pétrolettes, l’association par et pour les travailleur.euse.s du sexe. Pour elle, il était nécessaire de créer les Pétrolettes car il n’existe pas de telle association en Bretagne. Il y avait aussi besoin de proposer une vision différente de celle donnée par les associations abolitionnistes c’est à dire d’associations qui considèrent les travailleur.euse du sexe comme des victimes. Pétrolettes a pour objectif de contrer cette vision misérabiliste en laissant la parole aux personnes concernées c’est à dire aux travailleur.euse.s du sexe.

L’association va mettre en place chaque mois un apéri’putes où il sera possible de trouver du matériel de prévention contre le VIH, de la documentation, une friperie ambulante, mais aussi des projections ou encore des débats sur le “féminisme pute”. Ces moments en non mixité permettront aux personnes concernées de parler librement sans avoir peur d’être jugé.e.s. Ces actions organisées par Pétrolettes permettront aux travailleur.euse.s du sexe de s’entraider en échangeant par exemple les noms des client.e.s agresseur.euse.s. Certains événements proposés par les Pétrolettes seront ouverts à toutes et tous.

L’association des Pétrolettes sera créé le 17 Décembre 2020, journée international de luttes contre les violences faites aux travailleur.euse.s du sexe. Le lancement aura lieu avec la projection du film Là où les putains n’existent pas d’Ovidie au CRIDEV à Rennes.

Pour tou.te.s les travailleur.euse.s du sexe de Bretagne, il est possible de prendre contact avec Dorys et la fédération de Bretagne du STRASS, ou de retrouver les Pétrolettes à partir du 17 décembre 2020 au CRIDEV à Rennes (selon les conditions de la crise sanitaire). Si vous souhaitez aider les travailleur.euse.s du sexe, il vous est possible de prendre contact avec l’Association Allié.e.s des Travailleurs et travailleuses du Sexe.