Bien qu’elle existe depuis plus de 20 ans, la fête des droits de toutes les couleurs de Quimper n’aura pas lieu en cette fin janvier 2021. Cependant, le Cicodès poursuit sa mission d’association de solidarité internationale et sensibilise les enfants quimpérois à leurs droits grâce à ses ateliers et formations dans les écoles et centres de loisir.

Retrouvez l’association de solidarité internationale Cicodes une fois par trimestre dans Lem.

Réécoutez l'émission avec Amandine Saliou, animatrice du Cicodès

Co-organisée par le Cicodes et d’autres associations du Finistère, la fête des droits de toutes les couleurs ne peut avoir lieu cette année, pour la première fois depuis 1998. Cela n’empêche pas l’association de poursuivre sa mission d’éducation à la solidarité internationale et de mettre l’accent en ce début 2021 sur les droits de l’enfant, en s’appuyant sur la Convention internationale des droits de l’enfance de l’Unicef dont presque tous les pays du monde sont signataires  (sauf les États-Unis et la Somalie).

Les enfants, eux aussi sont des citoyens

Le Cicodes forme par exemple les animateurs de la Maison de quartier du Moulin vert pour leur permettre de sensibiliser eux-mêmes les enfants à leurs droits, à commencer par leur citoyenneté. Car oui les 6 – 12 ans aussi sont des citoyens. Même s’ils n’ont pas encore le droit de vote, ils peuvent être acteurs dans de nombreux domaines : au sein de l’école ou du centre de loisir, dans leur quartier. Coopérer avec les autres, prévenir le harcèlement, avoir conscience des inégalités et de la nécessité de solidarité, éviter de consommer des produits qui nuisent à l’environnement ou impliquent le travail d’autres enfants dans le monde sont autant d’objectifs dont peuvent se saisir les plus jeunes.

Une palette d’outils d’animation et d’éducation aux droits des enfants

Les outils de sensibilisation sont nombreux : les livres, les récits de vie d’autres enfants qui peuvent servir de modèles comme la jeune pakistanaise Malala qui a reçu le prix Nobel de la paix. Le Cicodes utilise beaucoup les jeux, le théâtre-forum pour inciter les enfants à manifester leurs émotions, à échanger voire à débattre. Un jeu inventé par l’association “le parcours du T shirt” a été conçu pour sensibiliser les lycéens aux problématiques liées à l’industrie textile dans le monde. Le Cicodes propose également le parcours “Droits de l’enfant, droit devant” conçu par ses soins. Un autre jeu pour les 6-12 ans se joue par équipe : chaque groupe est doté d’une valise remplie de  cartes-objets et commence un périple à destination d’une île déserte. Au fil du voyage, des incidents obligent à se débarrasser de certains objets, décisions qui doivent être prises collectivement… et à l’arrivée, les objets qui restent doivent permettre au groupe de survivre et se développer sur l’île. Cet objectif, dévoilé à la  fin du jeu, sert de base à des discussions sur la différence entre envies et besoins.

Les jeux de sensibilisation aux droits de l’enfant impliquent toujours des actions qui déboucheront sur des échanges et des réflexions. Les thèmes peuvent être variés : réfugiés et mineurs isolés, environnement, santé, accès au numérique, à la scolarisation, etc.

Quant à l’état des lieux des droits de l’enfant dans le monde, il progresse sur le chapitre de l’éducation des enfants (notamment des filles). Les stratégies évoluent par ailleurs ; face au travail des enfants, pour l’instant inévitable dans certains pays, les associations et les gouvernements réfléchissent à des solutions qui rendraient compatibles le travail des enfants avec une éducation et une amélioration des conditions de travail.