Il y a 40 ans, sortait dans les salles le premier film qui allait lancer une des sagas les plus marquantes dans la science-fiction. Un huis-clos oppressant qui verra s’affronter des humains et un des monstres les plus emblématiques du bestiaire de la sf, même si au fil des productions la qualité ne sera pas toujours au rendez-vous.
Plongez au cœur du nostromo et surveillez bien vos arrières !

Vous reprendrez bien un peu de science-fiction ?

Aujourd’hui je vais vous parler d’une saga qui va dépérir au fil de ses opus.

Mais dans l’espace, personne ne m’entendra râler !

Aujourd’hui je vais vous parler de la saga Alien.

Au commencement , il y a Dan O’bannon, jeune scénariste américain , à son actif un seul film dans lequel il joue également : Dark Star réalisé par John Carpenter en 1974.

Il est alors contacté par Alejandro Jodorowski pour participer au projet de film Dune.

Durant la préparation du film, O’bannon rencontre Hans Ruedi Giger ,un artiste plasticien suisse . Mais ça je vous en parlerais plus tard.

Le film ne se fera pas, dommage, surtout quand on voit l’équipe artistique embarquée dans cette aventure.

Notre scénariste décide de réécrire le scénario de Dark Star pour en faire une version plus ambitieuse et plus terrifique.

En effet dans Dark Star le méchant est incarné par une sorte de gros ballon de plage… , voila voila.

Cela va donner le script Starbeast , vite rebaptisé Alien.

Après de multiples turpitudes le scénario arrive a maturité et c’est Ridley Scott , un jeune réalisateur qui va s’y coller.

Le début des aventures de Ripley

Le film sort en septembre 1979.

Bon alors ça raconte quoi Alien ?

Nous sommes en 2122 , à bord du cargo Nostromo qui transporte une installation de forage en direction de la Terre.

L’équipage est en hibernation mais l’ordinateur de bord « Maman » reçoit un signal de la planète LV 4-26  et réveille tout le monde.

Le vaisseau a pour ordre de se dérouter et enquêter sur l’origine du signal. Ce qui ne plait pas à tout le monde.

Certains membres de l’équipage rechignent prétextant que cette mission ne fait pas partie de leur mission. Mais quand on leur dit qu’ils ne seront payés que s’ils accomplissent ladite mission …

Voila donc 3 des sept  équipiers en prospection sur la surface de la planète, ils ne vont pas tarder a trouver un vaisseau extra-terrestre.

Dans l’univers d’Alien , aucun contact ne semble avoir été établi précédemment avec des civilisations extra-terrestres mais les personnages ne semblent pas totalement surpris …

Peut-être qu’en 2122 le concept de vie extra-terrestre ai été assimilé et qu’une rencontre inter-espèces ne soit qu’une question de temps.

Toujours est-il que les 3 enquêteurs entrent dans le vaisseau et découvrent entre autres des cadavres et une salle pleine d’œufs.

C’est à ce moment que tout va commencer à partir en sucette…

Une des membres d’équipage se penche près d’un des œufs et celui-ci s’ouvre lentement.

Une créature en surgit à la vitesse de l’éclair,se colle au casque du malheureux ,en fait fondre la visière et s’agrippe à son visage.

Ramené en catastrophe à bord du Nostromo , il est comme par miracle encore vivant mais la bestiole est toujours collée à sa figure.

La créature ,un facehugger comme on l’appelle dans l’univers d’alien, va finalement se décrocher et le pauvre homme en sera quitte pour une belle frayeur.

Quelques heures plus tard , alors que tout le monde est réuni pour déjeuner et rigoler de cette péripétie , le « miraculé » est pris de convulsion il s’écroule sur la table.

Le reste de l’équipage horrifié voit une espèce de larve lui éventrer la cage thoracique, les menacer d’un cri et fuir à toute vitesse avant que quelqu’un n’ai le temps de réagir.

Bon c’est pas tout ça, mais il va falloir la retrouver maintenant cette petite chose.

Va alors commencer un jeu du chat et de la souris dans les coursives du vaisseau avec des armes rudimentaires et des lance-flammes improvisés.

Sauf que …, le chat ce n’est plus l’équipage !

La larve, elle a muté et ça n’a rien a voir avec une chenille devenue papillon.

Maintenant leur ennemi mesure environ 2 mètres de haut .

Il est temps de faire les présentations avec le Xenomorphe.

L’alien pour les nuls

De loin , les présentations, car une rencontre avec lui se solde très souvent par votre passage de vie à trèpas.

Il s’agit d’un animal biomécanique ,taillé pour la lutte au corps-à corps ,d’une très grande férocité.

Si il n’est pas invincible, un armement moderne en vient à bout ,il est passé maitre dans l’art du  guet-apens

C’est une créature bipède ,quand sa gestation s’est faite dans un humain en tout cas, globalement anthropomorphe , c’est-à-dire qui ressemble à un humain dans son architecture générale.

2 bras , 2 jambes mais aussi une queue préhensile et dangereuse

Il mesure entre 2 mètres et 2 mètres 50 , totalement noir , noir brillant ou plutôt luisant .

Il semble recouvert de bave et il en sécrète abondement !

Son apparence parait squelettique mais transpire une puissance animale toujours à l’affut.

Sa tète est à nul autre pareil, le xénomorphe ne semble pas disposer des mêmes capteurs que l’on peut retrouver chez les mammifères en tout cas , pas d’œil ,pas d’oreilles ,pas de nez  ce qui ne l’empêche pas d’avoir une pleine appréhension de son environnement.

La partie supérieure de son crâne se résume à un bulbe.

Toutefois pour décrire la tête de l’alien , un terme revient souvent c’est celui de phallique.

La ressemblance, si je puis dire est frappante !

Si en plus on évoque la particularité de sa gueule, le verbiage sexuel est encore plus explicite .

La langue de l’alien est tel un sexe masculin en érection, ce qui ajoute encore au malaise de la rencontre.

Ce qui appuie un des sous-textes du film : le viol.

Déjà par la façon dont les victimes se font inséminer les embryons d’alien. Une créature se colle à votre visage et vous fourre sa trompe au fond du gosier.

Par la façon dont on devine la mort d’un membre d’équipage féminin.

Dans une scène on voit la queue de l’alien s’immiscer entre les jambes de la malheureuse et hors champs elle pousse un hurlement glaçant avant de mourir , ce qui nous poussera à imaginer les pires sévices.

Le “père” du xénomorphe

La créature on la doit à H.R. Giger , dont je vous ai parlé plus tôt .

Je vous laisserais chercher sur internet des photos de ses œuvres, son style est organique , voire morbide et on se rend compte que ses créations ont grandement participé à l’ambiance du film.

Il en ressort quelque chose de malaisant comme si on visitait un ossuaire à l’échelle d’une ville mais dans lequel on y rencontrerait des habitants. Comme si la mort était vivante…

Néanmoins , une chose peut paraitre paradoxale, on ne voit pas beaucoup la créature ,en tout cas pas dans son ensemble.

Il y a des plans serrés sur sa tête  entre autres mais elle reste souvent dans l’ombre ,ce qui participe à l’impression de permanente de menace qu’elle fait peser sur les protagonistes.

Le vaisseau est mal éclairé, on est à mille lieux du Discovery de 2001 aux coursives blanches et baignées de lumières.

Le Nostromo est un vieux vaisseau  à l’image des entrailles d’un bateau qui eu plusieurs vies , ce n’est pas de la sf propre sur elle.

Et c’est bien souvent l’évocation qui marque, plus que la démonstration.

Là on devine son crâne, là sa gueule baveuse s’ouvre ou encore on aperçoit subrepticement sa silhouette en ombre chinoise.

Et comme on le verra plus tard , c’est quasiment un indice de qualité du film, moins on voit l’alien ,mieux est le film.

Toujours est-il que l’alien décime tout l’équipage ou presque , seule survivante helen Ripley , jouée par Sigourney Weaver , parvient même à tuer l’alien en le projetant dans l’espace à partir d’une navette de secours .

Le film est un succès et qui dit succès dit suite et là on commence a transpirer.

Bien souvent les suites sont moins bonnes que l’original.

On va voir ça de suite.

Aliens sort en 1986 et est signé James Cameron

Du thriller au film d’action

Ripley l’unique survivante du premier film ,avec le chat Jones, est retrouvée en hibernation à bord de la navette.

Il y a toutefois un hic, la navette a dérivé dans l’espace pendant 57 ans…

D’où un léger décalage avec son environnement à son réveil , elle apprend aussi que sa fille unique est décédée il y a 2 ans à l’âge de 68 ans.

Mais ce n’est pas tout !

Elle va devoir expliquer pourquoi elle a fait exploser l’installation remorquée par le Nostromo.

Autant vous dire que son histoire de larve défonceuse de torse qui se transforme en animal féroce en quelques heures ne passe pas très bien.

Elle passe tout simplement pour une folle furieuse.

Et la liste des bonnes nouvelles ne  s’arrête pas là !

Lv 4-26, la planète où le Nostromo s’est posé dans le premier film , hé bien elle est en cours de terraformation. Une colonie humaine de presque 200 personnes s’y est installée.

Pour Ripley , c’est de la folie pure, ce n’est plus introduire un loup dans la bergerie , c’est déposer la bergerie au milieu d’une meute de loup !

Et comme par hasard la colonie ne donne plus de signe de vie.

Un poil contrainte, ripley décide d’accompagner une unités de marines coloniaux et Burke un représentant de la Weyland-Utani pour découvrir ce qu’il s’est passé.

Un petit mot sur la Weyland-Utani , il s’agit d’un conglomérat d’entreprise dont le secteur d’activité est centré sur l’exploration , l’exploitation et la colonisation  spatiale.

On ne la voit jamais directement , elle est toujours simplement évoquée mais sa présence se fait constamment sentir.

Une bonne grosse compagnie libérale comme on les aime !

Tout le monde semble bosser pour elle à quelques niveau que ce soit.

Je vous ai dit qu’on ne la voyait jamais directement mais dans presque tous les films, elle est représentée physiquement par un androïde et c’est bien souvent par lui que les ennuis arrivent.

Dans le premier film, il s’appelle Ash , il semble en savoir beaucoup plus que l’équipage sur la planète lv 4-26. Et ça ne va pas super bien se passer avec Ripley.

Dans Aliens ,l’androide se tient à carreau , mais la Weyland-Utani va intervenir par un autre biais…

Mais on n’en est pas encore là.

Voilà dons notre joyeuse troupe qui atterrit sur lv 4-26 et ho surprise tout le monde a disparu !

Enfin presque, seule une petite fille ,Newt a survécu.

Les colons sont retrouvés mais ils sont réduits à l’état de garde-manger pour une reine Alien.

Plus rien à faire pour eux et il est donc décidé de retourner sur le vaisseau qui les a amené ici et de bombarder la colonie depuis l’espace.

Mais vous vous doutez bien que ça va pas finir comme-ça !

La navette qui devait les ramener s’écrase et l’expédition doit se refugier dans les locaux de la colonie et attendre les secours en repoussant des attaques d’aliens.

Entre temps ripley est victime de l’attaque d’un facehugger qui s’avère être organisée par burke le représentant de la Weyland-Utani.

Car le conglomérat pense trouver dans l’alien une formidable source de découvertes dans le domaine de l’armement, sans savoir qu’elle ouvre la boite de pandore a vouloir s’obstiner dans la capture d’un alien.

Pas chance elle échappe à « l‘insémination »

Là encore quasiment tout le monde meurt , là encore Ripley s’en sort de justesse en balançant , là encore l’alien restant dans l’espace.

En prime la population des aliens sur lv 4-26 et décimée par l’explosion d’un réacteur nucléaire ,réduisant à néant le risque alien.

Et là encore elle se met en hibernation pour rejoindre la terre.

Sauf que …

Quand ça veut pas ….

C’est ainsi que commence alien 3 ou alien cube, c’est comme vous voulez.

Sorti en 1992 , cet opus est réalisé par David Fincher.

Sauf que il y a un œuf alien dan le vaisseau  et il secrete de l’acide en plus du facehugger et ça provoque un incendie.

Le dispositif d’hibernation est éjecté et échoue sur la planète fiorina 161.

Sur les 3 survivants de l’épisode 2 , Ripley, la petite fille et un soldat,  seule ripley se réveille.

Elle se réveille dans un complexe minier pénitentiaire qui abrite 25 prisonniers ,des criminels violeurs et tueurs.

Qui n’ont pas vu une femme depuis de nombreuses années ,ce qui va naturellement perturber un poil l’ambiance de reclus dans laquelle ils se sont volontairement murés.

Ca ne va pas faciliter la tache de Ripley qui vient de découvrir qu’un alien a débarqué sur la planète en même temps qu’elle et qu’elle doit les convaincre de la dangerosité de l’animal.

Mais ce n’est pas tout , elle doit se rendre à l’évidence, le facehugger a inséminé un des passagers en hibernation  et le passager …c’est elle et d’un embryon de reine en plus.

Elle va devoir alors se battre sur 2 plans , organiser la lutte contre l’alien qui décime les occupants du complexe et trouver un moyen pour se débarrasser de son hôte.

Au terme d’un jeu de cache-cache un peu laborieux, l’alien est tué.

Reste l’autre ,celui de l’intérieur.

Ripley ne peux se le cacher plus longtemps, la mort de l’embryon passera forcement par la sienne.

Elle met fin à ses jours en se jetant dans un bac rempli de métal en fusion.

Voila qui pourrait mettre un point final , une histoire en 3 actes, merci au revoir !

La seule planète où on a rencontré des aliens est ravagée, le dernier spécimen vient d’exploser et l’embryon d’une reine a été englouti en même temps que Ripley dans du métal en fusion.

Que demander de mieux ?

He bien qu’on s’arrête là et qu’on ne touche plus à rien.

Sauf que …

La première fêlure

Alien, la résurrection  réalisé par Jean-Pierre Jeunet sort en 1992.

Nous sommes en 2379, 200 ans après les évènements de fiorina 161.

Les progrès de la science ont permis le clonage de Ripley à partir d’échantillons retrouvés sur fiorina 161.

De ripley mais aussi de l’embryon de reine qu’elle portait en elle.

Pour que le successeur de la Weyland-Utani , l’USM commence un élevage d’alien dans un vaisseau l’usm auriga .

Mais de façon pas très officielle, voyez ?

Vous voyez le schéma qui se met en place et vous savez bien que ça va vite partir en sucette.

Et en effet, les aliens en plus d’être agressifs sont loin d’être idiots et ils vont s’enfuir pour semer la mort à bord du vaisseau où l’action du film prend place.

Ripley avec l’aide d’un groupe de contrebandier venu livrer des humains en hibernation dans leur capsule pour qu’ils soient inseminés pas les faces hugger (tiens ça me rappelle quelque chose !), va traverser le vaisseau pour rejoindre la navette des contrebandiers.

Et bien évidemment, ils se feront trucider les uns après les autres tout au long du parcours.

Une fois échappés, les survivants se rendent compte qu’il y a un passager clandestin dans la navette.

Décidément, il faudrait qu’ils pensent à mieux fermer leurs vaisseaux pour éviter les squatteurs…

Vous commencez à connaitre la mécanique de la saga, l’alien finira dans l’espace , d’une manière plutôt gore je dois le reconnaitre , mais originale !

Alien résurrection, est un block-buster comme on dit . C’est un bon divertissement et on y retrouve vraiment la touche de Jean-pierre Jeunet.

Mais il y a un defaut , on voit trop l’alien.

Dans le sens que dans certaines scènes, on le voit en entier et pendant un laps de temps trop long, pour moi.

C’est ce qu’on pourrait appeler l’echelle de divulgation : on va dire qu’elle va de 1 à 10 .

1 on ne fait que le deviner et 10 on le voit en entier de plein jour.

Plus le chiffre monte , moins le film me plait.

Dans les 2 premiers films, il est ente aperçu seul ou en groupe ,on a droit à des détails ,mais on ne peut saisir l’entièreté du bestiau. On est à 1.

Dans le 3, ça commence a être gênant, en plus c’est le début des effets spéciaux numériques et ça se voit . Là on monte à 3 sur l’echelle de divulgation

Certaines incrustations sont proprement dégueulasses.

Dans le 4 on voit l’alien sur des scènes en plan large on le voit même nager , les progrès des effets spéciaux font que ça passe mieux mais bon , on monte encore d’un cran.

Nous voilà à quatre.

En 2012 ,sort prometheus réalisé par ridley scott .

Le début de la fin ?

Film numéro 5 de la saga , mais dont l’intrigue se situe bien avant le premier en 2089 pour être précis. Alien premier du nom se déroule en 2122.

L’histoire : des archéologues trouvent des peintures rupestres qui représentent une constellation, peintures qui seront découvertes dans d’autres lieux à travers le monde.

Pensant que c’est une invitation adressée à l’humanité par des extra-terrestres, voire même nos créateurs, la société Weyland (tiens,tiens) organise une expédition pour découvrir ce qui nous attend là-bas.

Je ne vais pas vous dévoiler la suite, ce sera à vous de le voir si vous le voulez.

Juste mon point de vue, ce film est bourré d’incohérence !

C’est un festival, juste pour l’exemple la première : sur les peintures rupestres on voit une constellation, une constellation entière et l’expédition trouve directement la bonne planète ! , comme par hasard…

Ce film présenté comme l’origine de la saga devait expliquer un paquet de trucs : qui nous a envoyé l’invitation, d’où viennent les aliens ? mais il pose encore plus de questions qu’il n’y répond.

Dans ce film, l’échelle de divulgation ne fonctionne que pour une scène mais on tape un bon 6 sur 10.

Le film suivant , alien covenant  qui sort en 2017 , toujours réalisé par Ridley Scott est encore plus foutraque que prometheus ,c’est dire le niveau !

Les incohérences sont toujours là et sur l’échelle de divulgation, on est à 11 !

Je vous avais dit que au fur et à mesure ça partirait en vrille.

Le plus rageant peut être , c’est qu’à un moment c’était Neil Bloomkamp qui était pressenti pour réaliser le 5 ème film.

Au vu des premiers esquisses dévoilées on aurait pu assister à une reprise en main de la franchise.

Mais bon on ne va pas réécrire l’histoire …

La morale de l’histoire , ne jamais trop en dévoiler , garder une part de mystère.

Paradoxe pour une des créatures les plus connues de la science-fiction.

Comme quoi de la subtilité ne peut pas nuire à la démonstration de force et au sentiment de crainte instillé dans les premiers films.

Qui n’a pas ressenti un frisson en voyant un des personnages au premier plan attendant avec angoisse que le xénomorphe attaque et que l’on voit ce dernier descendre en silence de sa cachette au plafond juste derrière sa prochaine victime ?

Il est fascinant de se rendre compte  que le hasard ou le destin ont fait se rencontrer les 2 créateurs d’un monstre digne de cauchemars les plus sombres.

Monstre qui en même temps nous fascine par son coté mystérieux et implacable qui sans rien dire vous promet une vie raccourcie de façon particulièrement brutale.

Et comme j’ai entendu une fois, rencontrer un alien n’est pas une situation d’avenir

Je vous donne rendez-vous dans un mois pour un prochain numéro de vous reprendrez bien un peu de science-fiction.