Encore un héros bien cornouaillais puisqu’il vivait à Poulmarc’h (Douarnenez) et chassait dans le Porzay : le roi Marc’h, célèbre monarque de la geste arthurienne, oncle du chevalier Tristan, reconnaissable à ses deux oreilles de cheval.

Suivez la page Facebook de la Maison des contes et légendes de Cornouaille

Le roi Marc’h avait son palais à Poulmarc’h, près de Douarnenez. On dit aujourd’hui “Plomarc’h” qui signifie « le coin de Marc’h ». C’est un site de toute beauté, qui mérite votre visite.

Morvac’h, un cheval extraordinaire

Marc’h, roi de Poulmarc’h, possédait un cheval comme jamais on n’en a vu et jamais on en verra plus de semblable en ce bas monde. Il faisait des bonds si énormes à travers les landes, par-dessus les menez, et d’un bord à l’autre des vallées, que ses sabots ferrés d’argent laissaient toujours des empreintes dans le sol même lorsque le granit affleurait.

Il galopait aussi bien sur l’eau que sur la terre ferme et les vagues de la mer en furie ne l’arrêtaient pas. C’est pourquoi le cheval de Marc’h, roi de Poulmarc’h, était appelé Morvarc’h ce qui, vous ne l’ignorez pas, signifie Cheval de mer en breton.

Et oui, vous l’aurez deviné, il s’agissait bien du cheval de feu le roi Gradlon dont vous avez déjà entendu parler et que le roi Marc’h avait récupéré parce qu’il était le neveu du dit-roi et son héritier. Toujours était-il que Marc’h, roi de Poulmarc’h, n’avait pas de plus grand plaisir que de courir le cerf et le sanglier en chevauchant Morvarc’h.

La blanche biche

Un jour qu’il était parti avec toute sa cour chasser en forêt de Névez près de Locronan, il aperçut une biche blanche, si belle, qu’il n’avait pas souvenir d’en avoir jamais vue de pareille.

La biche blanche est en fait la princesse-magicienne Dahut que vous connaissez si vous nous suivez. Pour punir le roi Marc’h de l’avoir pourchassée, elle va lui jeter un sort et l’affubler des oreilles de son cheval.

Il tentera bien de cacher sa nouvelle infirmité mais celle-ci finira par être découverte et le pauvre roi Marc’h devra fuir en Grande-Bretagne où il pourra recommencer à régner grâce à l’enchanteur Merlin.

Après avoir perdu son neveu, le chevalier Tristan, ainsi qu’une princesse, Iseult, qu’il devait épouser, le roi Marc’h décide de revenir en Armorique où il fera construire la chapelle Sainte-Marie-du-Menez-Hom encore visible aujourd’hui sur la route entre Châteaulin et Crozon. Il se fera enterrer au lieu-dit Bern-Mein et l’on peut toujours voir sa tombe aujourd’hui, recouverte par un gros tas de pierres.