L’association Lin et chanvre en Bretagne est aussi un réseau de professionnels qui travaillent ces deux plantes, pour des usages textiles, alimentaires ou autres. Mais en 2007, c’est autour de l’histoire et du patrimoine bâti liés à ces deux plantes qu’est née l’association.

Le site internet de Lin & chanvre en Bretagne

La page Facebook de Lin & chanvre en Bretagne

Entretien avec Andrée Le Gall-Sanquer, présidente de Lin & chanvre en Bretagne

L’association Lin et chanvre en Bretagne est basée à Landerneau, comme sa présidente et fondatrice. Passionnée d’histoire locale (et par ailleurs présidente de l’association Dourdon, d’histoire et patrimoine du pays de Landerneau-Daoulas) Andrée Le Gall-Sanquer a commencé par un travail de recherche locale sur le lin et l’organisation d’une première rencontre autour de l'”or bleu” (l’une des couleurs de la fleur de lin). En 2007, le réseau est né et l’aide de la Région Bretagne a permis de créer un emploi salarié autour d’une double mission : l’histoire et le patrimoine d’une part, et d’autre part le développement économique contemporain lié au lin et au chanvre.

Patrimoine vernaculaire lié au lin et au chanvre

C’est du 16e au 19e siècle que la production du lin a atteint des proportions industrielles en Bretagne, sur toute la côte Nord, là où les terres sont limoneuses et favorables à la plante. Le lin était cultivé pour sa fibre textile même si on pouvait localement utiliser toute la plante. La transformation de la plante en toile (pour voiles de bateaux, linges et vêtements) est longue et nécessite plusieurs étapes (qui n’ont pas changé aujourd’hui).

La première grande étape, le rouissage consiste à débarrasser la tige de sa pectine pour récupérer la fibre, c’est un début de décomposition contrôlée qui était réalisée dans des bassins de tailles diverses, les routoirs (ou roussoirs). L’association en a recensé des milliers, parfois répartis en chapelets, en particulier dans le Trégor.

Après le rouissage, venait le teillage, la séparation proprement dite de la fibre et de son écorce. Dans le Trégor à la fin du 19e siècle, cette opération était réalisée dans des moulins à teiller (près de 70 selon l’inventaire).

Le lin était ensuite blanchi, à l’état de fibre dans le Nord Finistère ; une opération réalisée dans des bâtiments spécifiques, les kanndis. Lin et chanvre en Bretagne a retrouvé la trace de plus de 600 kanndis en Finistère.

Dans les Côtes-d’Armor, ce sont les toiles une fois tissées qui étaient blanchies dans des blandiries : bassins en extérieur associés à un petit bâtiment abritant la cheminée pour chauffer l’eau de trempage des toiles.

La production des toiles de lin était particulièrement encadrée avec des règlements très détaillés dont le suivi était garanti par un sceau, notamment à Landerneau et Morlaix. Ces toiles étaient ainsi exportées dans toute l’Europe en particulier pour les vêtements et linges fins.

Le chanvre textile était traité comme le lin et plutôt en Bretagne intérieure, ou dans le Sud Finistère où l’inventaire a repéré des bassins à rouir (lavoirs à chanvre) ainsi que des fours à chanvre (pour sécher la fibre avant de la teiller).

Le chanvre était aussi cultivé pour sa fibre. Les tisserands de Locronan fabriquaient des voiles réputées destinées aux navires, mais la plante (beaucoup plus haute que le lin) servait aussi à des usages plus locaux : cordages, toiles pour vêtements de travail ou sacs alimentaires.

Le lin était par ailleurs utilisé aussi pour son huile (on a trouvé des traces de moulins à huile dans le pays de Landerneau-Daoulas) ou en cataplasme pour soigner les animaux.

Les enclos paroissiaux et l’économie du lin et du chanvre

L’économie du lin et chanvre a considérablement enrichi les marchands de toiles (beaucoup moins les cultivateurs et tisserands) qui ont pu construire de beaux manoirs et financer la réalisation des célèbres enclos paroissiaux du Nord Finistère. Paradoxalement, c’est aussi le déclin de l’économie linière et chanvrière au 19e siècle qui a peut-être sauvé ces enclos. Quand la vapeur a remplacé la voile dans la marine, quand la production de coton a pris son essor, le lin et le chanvre textiles sont devenus moins prisés. En Bretagne, l’argent a manqué pour remplacer les anciens enclos par des “églises modernes” et on les a donc épargnés. C’est ensuite qu’ils ont pu être restaurés et faire la fierté des communes comme La Martyre, Commana ou Saint-Thégonnec.

Aujourd’hui, ni le lin ni le chanvre ne sont plus cultivés en Bretagne (ou si peu) mais la filière pourrait renaître car les bio-matériaux suscitent un intérêt grandissant et les autres vertus (alimentaires, sanitaires) des deux plantes sont également prometteuses. C’est l’autre mission de l’association Lin & chanvre en Bretagne, soutenir les professionnels et encourager la renaissance d’une filière bretonne.