Dans ce troisième volet de la thématique “habiter et vieillir”, il est question de l’habitat partagé. On part des réflexions des adhérentes de l’association Pourquoi  pas vieilles pour aboutir à la mise en œuvre concrète du collectif Ti Kellid à Plomelin.

Contactez l’association par mail : pourquoipasvieilles@gmail.com

Une émission en deux temps pour le dernier volet de notre série Habiter et vieillir. Tout d’abord, Claire, Hélène, Anne et Simone, de l’association Pourquoi pas vieilles, partageront leurs réflexions et leurs représentations sur l’habitat partagé.
Dans la deuxième partie, Annick et Catherine, membres du groupe Ti Kellid, présentent leur projet d’habitat partagé et participatif à Plomelin dans le Sud Finistère : les travaux ont commencé en octobre 2020 et s’achèveront à la fin de cette année.
 

L’habitat partagé peu accessible faute de projets publics

 
Les paroles recueillies disent le besoin de ne pas vieillir seule, de repenser les solidarités mais aussi les difficultés de réalisation des projets d’habitat partagé. A ce jour, les pouvoirs publics sont trop rarement à l’initiative de telles formules d’habitat. Les projets sont souvent portés par des individualités ou des associations, voire des entreprises privées. Cela pose la question de l’accessibilité de l’habitat partagé aux personnes à faible revenu. Qu’est ce qui est proposé pour que chacun, chacune puisse poursuivre sa vie sociale tout en ayant un “chez soi” choisi ?