Salutaire en toutes circonstances, l’humour peut être une ressource bienfaisante en milieu professionnel. Christophe Tricart est devenu formateur en humour au travail en 2012 et ses clients se multiplient, surtout ces derniers temps…

 

Christophe Tricart a d’abord été éditeur à Quimperlé. Il avait alors régulièrement recours à l’humour pour transmettre ses messages. Quelques formations plus tard (y compris en techniques de clown) il s’est lancé dans la formation professionnelle sous cet angle très pointu de l’humour au travail.

Les bienfaits de l’humour en situation professionnelle

Le rire s’accompagne de processus physico-chimiques bienfaisants pour les individus, mais l’humour est aussi un acte social. En milieu professionnel, il peut avoir bien des avantages : détendre l’atmosphère au cours d’un entretien dont l’enjeu est fort, rapprocher les deux personnes qui échangent si elles ne se connaissent pas ou peu (faire tomber la méfiance éventuelle), aider à faire passer un message, séduire un client pour l’inciter à acheter ou un employeur pour favoriser votre recrutement, renforcer la cohésion d’un groupe…

Bien sûr, il est parfois difficile de s’abandonner à l’humour, notamment en situation de crise ; et Christophe Tricart, qui n’est pas psychologue, ne se risque pas à promettre de déverrouiller des tensions trop vives ou de faire disparaître des conflits aigus. Cependant, il a pu faire découvrir à certains de ses stagiaires que oui, ils étaient capables d’autodérision et d’imagination pour s’amuser !

Sur le fil de l’humour fédérateur

Car l’humour bien compris – et approprié au milieu professionnel – n’est ni trop caustique ou ironique, ni trop lourd et convenu. Il ne s’agit pas de raconter des blagues de Toto à ses collègues pour les dérider. Il s’agit plutôt d’être créatif pour puiser en soi-même, dans le respect de sa personnalité, des idées farfelues ou originales, en tout cas suffisamment décalées pour susciter le rire et les sourires. Faire preuve d’humour, c’est mettre de la distance entre soi et ses problèmes, sans pour autant se désinvestir de son travail.

Christophe Tricart invite ses stagiaires à développer ce pan de l’humour qui rapproche sans stigmatiser, celui d’une culture partagée, celui qui se moque des situations et pas des personnes. Un fil toujours délicat à suivre mais qui peut “tirer le meilleur” des participant(e)s : permettre à des personnels soignants d’Ehpad de renouer le dialogue avec des résidents, aider des commerciaux à vendre, améliorer l’accueil dans un service public; etc.

Quant aux exercices pour cultiver l’humour, ils sont parfois très simples : penser à dire bonjour avec jovialité plutôt que machinalement, présenter son entreprise de façon totalement délirante avant de revenir à une présentation plus conforme au réel mais qui reste amusante, traduire en langage positif la description d’une journée de travail calamiteuse…

L’idée est au final d’être sérieux au travail sans se prendre trop au sérieux.