Le jour où nous découvrirons que nous ne sommes pas seuls dans l’univers et qu”ils” viendront nous rendre visite, comment ça va se passer ? Comment allons-nous réagir, excitation, joie, peur ?
La science-fiction y a apporté sa/ses réponse(s), normal c’est un peu son fond de commerce…
Mais ce qu’elle nous promet ne va pas toujours aller dans la bonne direction !

Petit tour d’horizon de ce qui pourrait nous attendre.

Vous reprendrez bien un peu de science-fiction ?

On a rarement la possibilité de faire deux fois une première bonne impression

Derrière cette boutade se cache une réalité ,la première impression est souvent cruciale dans le bon déroulement d’une conversation ou d’une relation.

Que ce soit lors d’un entretien d’embauche ou la rencontre de la belle-famille.

Alors quand il s’agit de rencontrer pour la première fois une civilisation venue de l’espace….

Aujourd’hui je vais vous parler du premier contact entre les terriens et des extra-terrestres.

La rencontre avec une espèce d’outre-espace est un des principaux thèmes de la sf avec le voyage dans le temps et les épopées spatiales.

Mais autant vous le dire tout de suite, dans une majorité de cas, la rencontre avec des extra-terrestres n’est pas une situation d’avenir.

Le nombre d’œuvre où quelques infortunés humains voire même l’ensemble de l’humanité passe à deux doigts de l’extermination !

Le pain noir …

Petite revue des différentes rencontres qui ont vite tourné court :

Indépendance day, d’énormes soucoupes volantes se positionnent au-dessus des plus grandes villes dans le monde et les détruisent sans avertissement.

La guerre des mondes, déjà le titre donne un indice. Des météorites s’écrasent sur Terre et en sortent des robots tripodes qui tuent toutes les personnes qu’ils croisent.

La série V , la encore des soucoupes volantes débarquent , la par contre les extraterrestres sont sympa… au début ,après ça tourne un peu en eau de boudin.

World invasion Battle los Angeles, pareil :le titre annonce la couleur , c’est la bagarre !

Mars attack !, toujours pareil le titre spoile gentiment

Le jour ou la terre s’arreta , pas besoin de détailler !

Pele-mele : edge of tomorrow, predator, the thing , invasion los angeles, cloverfield , cowboy et envahisseurs

L’exemple le plus brutal nous vient du Guide du voyageur galactique de Douglas Adam.

La rencontre dure moins de 5 minutes, les vogons une race d’alien ne vivant que pour l’administration, ils sont l’exemple parfait d’un régime technocratique bête et discipliné.

Leurs vaisseaux apparaissent subitement autour de la Terre, ils annoncent qu’elle va être détruite pour faire passer une voie expresse hyperspatiale et la vaporise…  tout simplement

Rapide sans fioriture, l’administration dans toute sa grandeur.

 

 Et là encore on est à domicile

Il y a  des rencontres qui se font en terrain neutre si je puis dire, dans l’espace .

Malheureusement le bilan n’est pas plus positif

Un seul mot suffit : Alien …

Même quand on va chez eux, c’est pas fameux non plus, dans Straship Trooper , les humains gagnent mais à quel prix

Dans les chroniques martiennes  de Ray Bradbury , les premiers humains qui arrivent sur Mars se font démâter.

Il arrive parfois que les humains arrivent à cohabiter avec les extraterrestres , dans ce cas, il ya 2 écoles.

Vivre ensemble ?

Soit le public n’est pas au courant et ça se passe plutôt bien pour la majorité d’entre nous , comme dans Men in black.

Soit comme dans Distrcit 9 de Neil blomkamp, tout le monde est au courant mais les rapports inter espèces ne sont pas au top. Faute à une incompréhension des humains par rapport à la situation des « crevettes » comme ils sont surnommés .

Déjà un tel surnom donne une idée de l’estime que les humains accordent aux extraterrestres.

Bon pour le moment, vous allez me dire que c’est pas très joyeux tout ça .

Que les rapports avec une civilisation venue de l’espace doivent se résumer à une confrontation brutale ou une cohabitation tout juste acceptable.

Je vous répondrais que vous n’avez pas totalement tort et que j’ai d’abord présenté les œuvres qui annoncent une rencontre désagréable, doux euphémisme.

Je ne vais pas passer l’émission a vous faire le détail des scenarii imaginés quant aux vicissitudes qu’endurerait la population terrienne lors d’un premier contact avec des extraterrestres.

Ce n’est pas forcément très constructif, on est plutôt dans du sadisme.

Je vais donc vous raconter comment la science-fiction imagine la rencontre avec une civilisation bienveillante.

Vous saviez qu’il existe un système de classification d’observation d’ovni et de rencontre avec des extraterrestres ?

Ce système énoncé pour la première fois  par Allen Hyneck en 1972comprend 10 niveau :

Ca commence par l’observation nocturne  et l’obesrvation diurne  toutes deux à plus de 150 metres.

L’observation radar.

Viennent ensuite les observation à moins de 150 metres

Il y a celle du premier type où l’on voit un ovni

Celle du deuxième type où on constate des traces

Celle du troisième type ou l’on voit un ovni et ses occupants

Celle du quatrième type ou un témoin dit avoir été enlevé par les occupants de l’ovni

La cinquième là , il s’agit d’entrer en communication directe avec les occupants de l’ovni

La sixième ,ça commence à devenir glauque : là on parle d’humain ou d’animaux tués par les occupants de l’ovni

Et la septième : il s’agit de personnes ayant eu des relations sexuelles avec les occupants de l’ovni. A l’intérieur ou à l’extérieur de l’ovni, voila, voila ….

 Dans la liste il y en a une qui a dû vous évoquer quelque chose, pas la dernière !

Une rencontre … musicale

La troisième, plus précisément la rencontre du troisième type.

Il s’agit du quatrième long-métrage de Steven Spielberg qui sortira en 1977.

L’action se déroule aux Etats-Unis dans les années 70

Dans ce film, on suit deux histoires qui se déroulent en parallèle

La première nous entraine avec une équipe de scientifiques qui parcourent le monde à la découvertes de phénomènes inexpliqués, entre autres l’apparition d’une escadrille d’avion disparu en 1945 au large de la Floride et qui sont réapparu au Mexique sans leur pilote.

Ils vont ensuite retrouver un cargo dans le désert de Gobi et enfin dans un village en Inde où une foule quasiment en transe chante une mélodie à 5 notes et qui leur serait venue du ciel…

La deuxième histoire nous ramène plus prosaïquement aux Etats-Unis où certains habitants ont assisté à des phénomènes aériens mystérieux.

Mais ces rencontres laisseront des traces dans l’esprits de quelques-uns d’entre eux, physiques parfois mais surtout mentales.

Ils deviennent comme obsédés par une vision, celle d’une montagne et ils se mettent à la dessiner ou à la sculpter sans arrêt ce qui bien évidemment provoque des interrogations de la part de leur entourage.

Voire même plus.

Cette montagne existe bel et bien et elle devient le point de convergence de nos malheureux entêtés.

Qui une fois sur place croiseront la route des scientifiques évoqués plus haut et qui de leur coté ont reçu une invitation codée, vous savez les 5 notes, pour un rendez-vous au sommet de la fameuse montagne.

Le film bien que foncièrement positif lorgne un peu du coté du film d’épouvante pour certaines scènes et du coté du drame quant à la réaction des personnages face à l’obsession qui les hante.

A un étonnement mêlé d’excitation lors des premières rencontres fortuite, succède une frustration quant à l’incompréhension de leur entourage qui va les prendre pour des fous furieux.

Réaction concevable à défaut d’être logique.

Mais que feriez-vous si un proche vous annonçait qu’il a vu un ovni de très prêt et qu’il commence à avoir une attitude inhabituelle ?

  Même moi qui pense être assez ouvert sur le sujet, je ne suis pas sur de suivre ce proche dans son « delire ».

Dans Rencontre du troisième type, la communication officielle avec les extraterrestres se fait par la musique , les scientifiques reçoivent d’abord un simple message de 5 notes.

Lors de la cérémonie de la rencontre ,le dialogue s’étoffe réellement pour devenir une vraie discussion .

Extrait

Ce qui donne l’impression que ce sont des musiciens ou plutôt des musicologues qui tissent les premiers liens entre les deux espèces.

A noter dans ce film la gestion de l’évènement , elle est principalement le fait des scientifiques.

Ils sont certes accompagnés par les militaires mais plus pour un coté pratique et pour tenir la population à distance.

Il semblerait qu’ils tiennent à ce que cette rencontre se fasse en toute discrétion en comité restreint.

Les extraterrestres ne semblent pas a voir le même point de vue, en effet de nombreuses personnes ont eu une illumination, sorte d’invitation subliminale à se rendre sur la montagne.

La question de la publicité d’un tel évènement se pose dans ce cas-là.

Dans rencontre du troisième type, les humains ont la possibilité de le faire discrètement.

Mais est-ce forcement la bonne méthode, un tel évènement a une portée mondiale et la population a le droit de le savoir.

Mais comment réagirait-elle ?

La stupéfaction bien évidemment, la joie ?, la peur ?, une hystérie collective ?

Dans les cas cités au début, pas de surprises, ils viennent nous défoncer donc on ne réagit pas très bien.

Mais si un vaisseau arrive et qu’ile ne se montre pas hostile ?  

Une approche plus réaliste ?

C’est le point de départ du film Premier contact de Denis Villeneuve sorti en 2016.

Là il y a même plusieurs vaisseaux mais le schéma reste identique.

Petit aparté : c’est moi ou le vaisseau dans premier contact ressemble beaucoup à un globule rouge ? , mis à part la couleur bien sur …

Donc, les vaisseaux arrivent et .. rien !

Il y a juste une trappe qui s’ouvre à heure fixe tous les jours comme une invitation a monter à bord.

Le film étant récent, je ne vais pas dévoiler l’intrigue, je vais surtout me concentrer sur le questionnement concernant la prise de contact avec les extraterrestres.

Il y a débat au sein de l’équipe qui est en charge de la communication avec les visiteurs.

Et chacun va mettre son domaine d’expertise en avant ,le physicien avec comme argument l’universalité des chiffres , 2+2 ,ça fera toujours quatre.

Et la linguiste qui prône une approche plus littéraire.

La clé de la communication

La communication est essentielle pour comprendre les motivations de l’autre , on ne peut se fier à une posture comme entre terriens ,on sait reconnaitre une attitude agressive sans qu’une personne ne dise un mot.

Encore que certains gestes anodins pour un français peuvent se révéler extrêmement grossièrs pour un chinois ou un sud-américain.

Alors quant a deviner l’état d’esprit d’un être qui ne sera déjà pas forcement de forme humanoïde…

Sans même le vouloir une offense peut vite arriver et dans l’hypothèse d’une rencontre amicale la patience des uns ou des autres peut vite laisser la place à de l’agacement.

Des extraterrestres débarquent sur terre avec les meilleures intentions et ne trouvant aucun interlocuteur qui puisse les comprendre, tournent les talons et catalogue notre planète comme habitée pas des êtres dénués d’intelligence.

On aurait l’air de quoi ?

C’est pas sur qu’il arrivent avec leur pierre de rosette sous le bras, ou la tentacule…

Une série toutefois à résolu le problème de la communication inter-civilisationnelle, stargate : quasiment tout le monde parle anglais, même les être qui se faisaient passer pour des rois dans l’Egypte antique !

C’est quand même vachement pratique…

Blague à part, les moyens de communication que j’évoque dans l’émission sont la musique ,la parole ,les math ou l’écriture

Si on tombe sur des télépathes, là pour le support de com’, ça va commencer à être compliqué.

Pire encore, des êtres qui communiquent par les odeurs ou par un moyen qui nous échappe complètement, un simple bonjour pourrait résulter chez un humain par un AVC.

Ou inversement, j’ai souvenir d’une nouvelle, dont j’ai oublié le nom : elle racontait l’arrivée dans un désert sur Terre de 2 extraterrestres qui se faisaient désintégrés par l’onde de choc d’un avion passant a côté d’eux…

Cheval de Troie ?

Dans le film Contact de Robert Zemeckis, sorti en 1997, c’est une approche qui mixe 2 domaines, le son et les mathématiques.

L’histoire : Eleanor Arroway une jeune femme diplômée en astronomie choisit de faire partie du programme SETI , projet de recherche de civilisation extraterrestres.

Ce programme par du principe qu’une civilisation assez avancée émet des signaux électromagnétiques.

Comme ça se passe sur Terre, tous les ondes radios et télé se propagent dans l’espace et on compte là-dessus pour détecter une autre civilisation.

Mais le choix d’Arroway de participer à ce programme fait doucement rire certains de ses collègues, rechercher les petits hommes verts ne fait pas très sérieux…

Mais sa persévérance paye, un jour elle détecte un signal.

Ce dernier est composé d’une image et d’une bande son, elles font référence aux jeux olympiques de Berlin en 1936 , jeux à la gloire du 3eme reich….

N’y voyez rien d’idéologique, les jeux de Berlin faisaient partie des premiers sujets diffusés à la télé.

La preuve que ceux qui ont émis ce signal ont eu la même idée que les fondateurs du programme SETI.

Ce moment de frayeur passée, on découvre qu’il y a dans les signaux suivants, un plan pour construire une machine.

Une machine, pour quoi faire ?

Je vous laisserais le découvrir par vous-même si vous ne l’avez pas encore vu.

A noter que dans ce film, un nouvel élément entre en jeu : la religion.

Notre interlocuteur d’outre-espace ,qui est-il ?

Un ami, un ennemi, dieu si oui lequel ? ou lesquels ?

Au-delà des 3 grandes religions monothéistes, il y a d’autres courants de croyances qui font référence à des divinités multiples.

Donc on fait quoi ?  

Dans le film Contact , le sujet est très présent au point qu’il interfère dans le processus scientifique.

Lors du premier contact, cette hypothèse risque de rapidement venir sur le tapis.

De plus le parallèle est simple a établir, dans l’image que l’on s’en fait, dieu est un être qui vit dans le ciel.

Et les fameux signaux viennent du ciel, raccourci un poil simpliste mais compréhensible.

Dans l’histoire, les explorateurs européens qui débarquaient en Amérique ou en Afrique étaient considéré comme des divinités et ils ne se sont pas gêné pour en profiter…

Tan qu’on en est à parler des explorateurs, bien souvent, pour ne pas dire à chaque fois, la rencontre a été au large détriment de ceux qui recevaient.

Sans forcément être parano, on pourrait tout de même rester vigilant ,à moins que nos visiteurs soient moins avides et plus respectueux que nos ancêtres l’ont été.

Tant qu’on y est il y a un autre personnage qui mériterait son statut de dieu : Superman.

Autant dans ses premiers récits et films, il y paraissait comme un bon samaritain apparu sans que l’on se pose trop de questions, autant dans la relecture de Zack Snyder ,c’est presque un point central.

Dans Man of steel ,sorti en 2013 , sa révélation au monde se fait sous la contrainte d’autres extraterrestres ,ses compatriotes en disgrâce.

Il arrivera a en venir à bout et passera pour un sauveur.

Mais dans l’opus suivant, batman versus superman , ce dernier se voit refuser ce statut de divinité par certains terriens qui voient en lui un usurpateur ,alors que d’autres le vénéreront !

Ses capacités physiques hors-normes font de lui une menace potentielle alors qu’il semble guidé par un réel altruisme.

Cette attitude de méfiance voir de défiance sera-t-elle de mise lors du premier contact ?

Peut on juger des intentions d’un visiteur extraterrestre a travers une grille de valeur terrienne ?

La rencontre avec des êtres d’outre-espace peut parfois être conditionnée par une sorte de barème.

Ils attendant gentiment que l’on soit assez sages, et dans ce cas c’est pas demain la veille qu’on les verra débarquer, ou que l’on ait atteint un stade technologique assez élevé.

La lumière après les ténèbres

C’est le cas dans l’univers de Star Trek où il faudra attendre qu’un certain Zefram Cochrane réalise le premier vol spatial avec un moteur a distorsion.

Le hasard de la programmation de cette émission veut que l’on fête ce mois-ci ,le 5 pour être précis l’anniversaire du premier vol qui aura lieu en 2063.

Le moteur à distorsion ayant une signature électromagnétique bien précise, ce premier vol sera vite détecté par un vaisseau Vulcain.

Le premier contact inter espèce permettra aux terriens qui sortent d’une guerre mondiale d’entrer dans la fédération des planètes unies et d’entamer une ère de tranquillité et de prospérité.

Encore que pour la tranquillité, ça restera à voir.

Si on dit extraterrestres , on va tout de suite penser espace ,logique.

Mais ils peuvent aussi venir d’autre part , des océans par exemple.

Et là on peut envisager le pire ou le meilleur .

Les intra-terrestres

Dans Pacific Rim , des monstres surgissent d’une faille au fond du pacifique et détruisent tout  ce qu’ils croisent sur leur passage.

On apprendra qu’ils viennent d’un monde parallèle et veulent accaparer la Terre.

Bourrin, expéditif, bref un blockbuster en puissance mais bien Réalisé par Guillermo Del Toro.

A l’autre bout du spectre on a une œuvre plutôt bienveillante, Abyss de James Cameron sorti en 1989.

Ce film est plus orienté comme une mise en garde, nous ne sommes pas forcement la seule civilisation à vivre sur cette planète et il serait avisé d’en prendre soin.

Car nous voisins des profondeurs possèdent une maitrise telle de l’élément aquatique, qu’ils pourraient nous rayer de la carte sans aucun problème.

Une fable écologique quelques années avant Avatar.

Assurément un des piliers de la SF , la rencontre avec des extraterrestres est peut être un de ses sujets les plus anciens.

Cyrano de Bergerac n’est il pas allé sur la Lune pour rencontrer les sélénites au 17 -ème siècle ?

Aborder ce thème ,c’est parfois tangenter avec la philosophie , la rencontre avec l’autre ,l’inconnu peut mener a se poser des questions sur soi-même.

Se reconnaitre dans l’autre

L’altérité , ça y est le mot est lâché , c’est reconnaitre la différence de l’autre.

Cette reconnaissance, on l’expérimente dès sa naissance, on rencontre des inconnus qui plus tard deviendront votre faille ou vos amis.

A partir du moment où on est conscient de sa propre existence on perçoit l’autre comme véritablement diffèrent de soi ,mais qui dit diffèrent ne dit pas moins bon ou meilleur.

Juste diffèrent.

Mais cette capacité a accepter la différence aurait majoritairement tendance a diminuer avec le temps et ce n’est pas pour rien que E.T. met en scène des enfants qui vont rencontrer le fameux extraterrestre.

Doubler appréhension de la difference avec un thème souvent raillé qu’est la rencontre des extraterrestres, c’est complexifier encore plus l’exercice qui peut parfois s’apparenter à de la masturbation intellectuelle.

Quand on voit les différences qui peuvent exister entre habitants de pays même voisins, voir entre les régions d’un même pays.

On se demande comment va se passer la première rencontre inter espèces.

Cela dépendra des conditions, de l’état d’esprit des personnes impliquées.

Au-delà de la différence physique , de la barrière du langage ,quelle attitude va-t-on avoir face à eux ?

Allons-nous les envisager avec nos critères de terriens ?

Allons nous reporter sur eux nos peurs, nos idées reçues ?

Les accueillerons nous avec un bouquet de fleur ou un fusil, voire les deux ?

Et si après les premiers échanges, ils nous trouvent décevants ou si nous les trouvons décevants ?

Tout ceci reste bien théorique.

Tant que la preuve ne sera pas apportée de l’existence d’une civilisation extraterrestre toute ces questions n’auront pas vraiment de légitimité.

Et si nous étions seuls ?

Et bien ce serait un gigantesque gâchis d’espace et cette perspective serait bien plus effrayante que de savoir comment se passerait la première rencontre.

Je vous donne rendez-vous dans un mois pour un prochain numéro de Vous reprendrez bien un peu de science-fiction ?