Olivier Rocabois s’inspire des plus grands, des Beatles à Bowie en passant par The Divine Comedy 

L’album “Olivier Rocabois Goes Too Far” est sorti le 02 avril 2021 chez le label Acoustic Kitty.

Olivier Rocabois est auteur-compositeur-interprète. Il est aussi chanteur,  guitariste et pianiste autodidacte. Ce Breton exilé à Paris n’en est pas à son coup d’essai : il a beaucoup tourné avec le groupe de pop-rock All If, et il a aussi prêté sa voix pour d’autres groupes. Maintenant qu’il a surpassé son syndrôme de l’imposteur, il livre son premier album sous son nom, Olivier Rocabois Goes Too Far. “Too Far”, parce que depuis petit, on lui dit qu’il en fait parfois un peu trop.  C’est aussi une référence à Paul McCartney et à un projet d’album solo qui se serait appelé “Paul McCartney Goes Too Far”. Mais ce chanteur anglais est une référence en général pour Olivier Rocabois. C’est un amoureux de culture anglaise et de la musique pop-rock britannique, avec bien sûr les Beatles, mais c’est sans oublier Blur, la pop orchestrale de The Divine Comedy, l’album Giant Steps des Boo Radleys ou encore le grand David Bowie.

L’inspiration des plus grands se ressent, mais c’est bien un album original qu’on a là. Sa voix, déjà, ressemble de manière troublante à celle de McCartney. Les arrangements, eux, sont très travaillés, entre clavecins, piano, clavier rhodes, ensemble de cordes et de cuivres et sans oublier les guitares. Les ambiances sont variées, et certains arrangements sont, comme Olivier Rocabois, poussés à l’extrême. Une certaine excentricité ressort de l’album, ce qui lui donne une personnalité forte.

Olivier Rocabois a également un certain talent de SongWriter. Il sait trouver les bons mots et les bonnes mélodies qui restent en tête, surtout quand elles sont appuyées par des harmonies hyper-travaillées. Les textes sont autobiographiques, ils parlent du fameux triangle vie-mort-sexe, mais aussi de l’ennui à la campagne ou encore de sorcellerie, avec toujours pas mal d’imagination. Il dit que c’est une “célébration de la vie et une oraison funèbre en même temps”, “la teuf au funérarium”.

Olivier Rocabois a mis toute son énergie dans son album qui vous fera voyager dans le temps, 60 ans plus tôt.