L’univers musical de Laurence-Anne est une véritable invitation à voyager dans l’imaginaire

Laurence-Anne a sorti son deuxième album Musivision le 23 avril 2021 chez le label Bonsound.

En 2019 Laurence-Anne sortait son premier album, le bien nommé Première Apparition. Deux ans après ce début remarqué, elle est de retour avec cet album Musivision. Elle a eu le temps de consolider son univers avec ses musiciens, elle sait très bien quelle corde sensible elle veut titiller chez l’auditeur. Elle a une vision précise de ce qu’elle veut transmettre par sa musique ; et pour y parvenir, elle a une tonne d’idées ! Alors pour écouter son élan artistique intérieur,  elle s’est isolée dans une cabane en Gaspésie pour créer des maquettes de chansons.

Un mot d’ordre : exploration. Cette artiste chanteuse autodidacte et multi-instrumentiste est attirée par l’inconnu. On retrouve donc des sonorités et des genres assez différents d’un morceau à l’autre, mais ils sont tous enrobés de ce fameux univers souhaité par l’artiste. Un enrobage qu’elle qualifie de “Douceur étrange”.

Ce nom d’album, un mélange de “musique” et “vision”, illustre parfaitement la volonté de l’artiste. Elle souhaite stimuler l’imaginaire des auditeurs, leur suggérer des images, les plonger dans son monde fait de nuage de coton, d’où sortent parfois des éclairs. C’est un monde mystérieux, un peu comme ces rêves à l’ambiance paradoxale, comme un film de Tim Burton. Mais c’est plutôt de la série de David Lynch, Twin Peaks, que s’inspire Laurence-Anne. La pochette de l’album est d’ailleurs une référence directe à cet univers surréaliste. On y voit une pièce infinie avec un sol en damier qui semble se renverser sur le côté.

Et des renversements, il y en a aussi dans l’album. Laurence-Anne passe volontairement d’un style et d’un genre à l’autre. Au milieu de textes en français, on retrouve donc une chanson en anglais et une en espagnol. Il y a des morceaux à l’ambiance tantôt électro-pop, tantôt disco ou même new wave. Et ils sont séparés par 5 interludes chacun complétement différents. Mention spéciale à l’interlude Romance, qui commence tout en tension et en anxiété, pour finir en piano-synthé et voix, tout en douceur.

Avec un univers aussi poussé, il serait dommage de ne pas y jeter une oreille, en écoutant Sonar par exemple !