À l’occasion des 100 ans de la radio en France et des 40 ans des radios libres, le Lem fait sa fête de la radio au travers de 5 portraits de passionnés des ondes. Aujourd’hui, Jean-Louis Le Corvoisier nous raconte son parcours radio, très lié à Neptune, radio associative du Finistère fondée avec son père en 1982 et devenue véritable référence du classique et du jazz.

Le site internet de Radio Neptune

La page Facebook de Radio Neptune

À la fin des années 1970, la radio restait un média très fermé, privilège de l’État et il n’était pas question de liberté d’expression ni même de liberté de diffusion musicale. Partout en France, des bidouilleurs passionnés des ondes en tout genre, trouvaient des moyens de transmettre malgré tout. C’était ainsi chez les Le Corvoisier. Jean-Louis, aidé par son père Jean, radio-amateur émérite, a donc réalisé sa première “station” de radio dans sa cuisine avec un micro, un émetteur CB et un magnétophone à cassettes ! La motivation de Jean-Louis, c’était de diffuser du rock… du vrai !

Petit à petit, la loi de 1981 sur la libéralisation des radios et la maison de quartier de la rue Neptune à Brest ont permis à la station familiale de grandir (d’abord en direction des lycéens), de se perfectionner et de fédérer jusqu’à 86 bénévoles.

Une radio de très grande proximité, calquée sur Brest

Jean-Louis Le Corvoisier a même été le premier salarié de radio Neptune, chargé par son père de construire une véritable identité et une ligne éditoriale. L’enquête au plus près du terrain (auprès des disquaires et organisateurs de concerts brestois) a permis de dessiner une programmation rock, certes, mais tout à fait atypique, avec diffusion de morceaux qu’on n’entendait pas sur les autres radios, notamment les toutes nouvelles stations musicales… Et ça marchait du tonnerre (de Brest) ! Pour en savoir plus sur cette glorieuse époque partagée par d’autres radios brestoises, consultez le site internet animé par Frédéric Vaillant (lui aussi animateur de Neptune).

En 1995, Jean et Jean-Louis se désaccordent et Jean reprend seul le pilotage de radio Neptune qui passe à la programmation “classique” (de la musique médiévale aux compositeurs contemporains) en journée et jazz en soirée. La radio reste très pointue dans sa programmation. Neptune devient alors essentiellement musicale et change de public, tout en fédérant un auditoire fidèle et même international ! Neptune a un temps eu un émetteur à Concarneau et même au Conquet et elle émet actuellement depuis Brest et Quimper.

De la grande liberté des radios A

Jean-Louis a poursuivi son chemin dans la radio, mais commerciale, en devenant journaliste de Chérie fm Brest pendant plusieurs années. Il a pu y mesurer la différence entre un format très rigide et la liberté des radios associatives…  Au décès de son père, en octobre 2019, il est devenu président de l’association qui porte Neptune et il a remanié la grille des programmes, tout en conservant l’orientation musicale. Il poursuit son activité professionnelle de formateur et animateur de conférences même s’il se verrait bien à l’avenir salarié de Neptune.

Quant à l’avenir des radios en général, Jean-Louis Le Corvoisier en voit un…pour celles qui auront une vraie personnalité d’antenne, avec de vrais humains aux manettes !