À l’occasion des 100 ans de la radio en France et des 40 ans des radios libres, le Lem fait sa fête de la radio au travers de 5 portraits de passionnés des ondes. Aujourd’hui, un portrait aux multiples visages de celles et ceux qui font résonner sur la toile les sons de la webradio Oufipo, ouvroir de finistérités potentielles…

Le site internet de la webradio Oufipo et celui de Longueur d’ondes, festival de la radio et de l’écoute à Brest

La page Facebook d’Oufipo

Indissociable du festival de la radio et de l’écoute Longueur d’ondes dont elle est l’émanation, la webradio Oufipo est un témoin des évolutions des pratiques radiophoniques. Née le 1er avril 2011, elle a attiré des gens pas forcément très versés dans les ondes au départ, et elle leur a permis de s’exprimer aussi. Elle surfe sur la vague des podcasts et s’y adapte.

La communauté bigarrée des Oufipiennes et Oufipiens

Anouk Edmont, chargée d’action culturelle d’Oufipo a toujours écouté la radio et rêvé de reportages, jusqu’à finir par en produire, notamment dans le cadre des ateliers qu’elle propose à toutes sortes de publics ; Cécile Teixeira, chargée de communication écoutait très peu la radio avant d’arriver à Longueur d’ondes. Elle en a découvert l’univers récemment et est devenue fervente auditrice de podcasts. Elle n’en réalise pas encore mais ça pourrait venir bientôt car Longueur d’ondes a un projet de podcast régulier.

Une vingtaine de personnes gravitent actuellement autour d’Oufipo mais en 10 ans, les radioteuses et radioteurs de passage ont été légion. Ce sont parfois des novices avec un projet de documentaire et le besoin d’un accompagnement, ou bien des comédiens qui souhaitaient réaliser une fiction sonore ; la plupart du temps ce sont des personnes qui écoutent beaucoup la radio. D’autres apprécient la “communauté” oufipienne, et notamment ses temps forts comme le festival Longueur d’ondes, Polyphonik ou encore la radio itinérante en début d’été : après Radio vélo l’an dernier, cette année c’est Radio rando, de l’Aber Wrac’h au Conquet en passant par Ouessant, soit 8 jours d’itinérance à pied avec, chaque soir, une émission réalisée sur le lieu de l’étape, en intimité avec les hôtes du soir ou en public, du 27 juin au 4 juillet 2021.

Webradios et podcasts, de nouveaux thèmes et de nouveaux publics…qui contaminent les radios

En 10 ans, Oufipo et Longueur d’ondes ont aussi enrichi leur programme avec des ateliers radios qui font naître des vocations, notamment chez les plus jeunes, et en 2019, s’y est ajoutée la formation professionnelle qui répond à la demande croissante de réalisation sonore. La valorisation économique du podcast et la rémunération des auteurs a d’ailleurs été le sujet d’un webinaire le 2 juin 2021 ; 500 personnes étaient inscrites ! Les profils sont variés avec néanmoins une dominante féminine et plutôt diplômée. Le reportage terrain est moins présent dans les podcasts. Les projets se tournent plutôt vers le traitement de sujets “décalés”, le recueil de récits intimistes et de témoignages documentaires sur des thématiques qu’on entend peu sur les stations radio traditionnelles.  Ces dernières font d’ailleurs évoluer leurs pratiques en écho, en créant elles-mêmes des podcasts natifs ou en reprenant les thématiques portées par la réalisation audio indépendante.

Oufipo continue aussi à travailler le son en lui-même pour sa beauté esthétique (le réalisateur Victor Blanchard, salarié d’Oufipo apporte son expérience musicale), mais aussi pour son pouvoir imaginaire : l’ambiance, les bruits et ce qu’ils évoquent d’un lieu, d’un univers. L’association veille aussi à développer la culture de l’écoute, en particulier collective, en tant que pratique scolaire ou comme un plaisir partagé, tout simplement. Au festival du film documentaire de Mellionnec (du 1er au 4 juillet 2021), Oufipo/Longueur d’ondes proposera d’ailleurs un programme d’écoute de documentaires audio et des rencontres avec leurs auteurs, pour favoriser l’échange.