Le musée de l’ancienne abbaye de Landévennec a profité du confinement pour revisiter sa scénographie. Les objets vieux de plusieurs siècles ont inspiré des photographies de reconstitution historique artistiquement travaillées par l’association Letavia et Julien Danielo. Une médiation des collections à visage humain.

Le site internet du musée de l’ancienne abbaye de Landévennec

La page Facebook du musée de l’ancienne abbaye de Landévennec

Pas toujours facile de faire comprendre au public l’importance ou le sens d’un objet qui a 1000 ans ou davantage… Si seulement les personnages de l’époque pouvaient ressurgir du passé dans leurs costumes, avec leurs gestes et leurs accessoires, pour mettre en scène les objets qui nous restent.

Et bien le musée de l’ancienne abbaye de Landévennec y est arrivé ! À la faveur des fermetures liées à la pandémie, l’équipe du musée a réorganisé les collections permanentes d’objets issus des quarante années de fouilles archéologiques sur ce site exceptionnel, depuis l’ancienne abbaye carolingienne à la Révolution.

Avec la complicité du photographe Julien Danielo et des bénévoles de l’association de reconstitution historique Letavia, le parcours muséographique est désormais jalonné de très belles photographies de grande taille qui illustrent les séquences présentées. Des humains, avec vêtements et postures fidèles aux époques figurées, dans un style pictural lui aussi inspiré des œuvres d’art du passé, “rejouent” des scènes du quotidien ou des événements, dans des sites naturels de Landévennec ou des sites historiques.

Au centre de l’exposition permanente, le sarcophage en bois est accompagné d’une photographie du personnage qui aurait pu y être enterré, avec les explications quant au choix des vêtements et bijoux qui lui sont attribués. Quatre grandes photographies murales illustrent la fabrication du sarcophage, une mise au tombeau, mais aussi la noblesse bretonne d’époque par une présentation de la cour de Nominoë, premier souverain d’Armorique.

Un magnifique dallage de l’abbaye carolingienne est quant à lui accompagné de deux photos qui mettent en scène l’arrivée des Vikings à Landévennec en 913 puis le retour des moines et de l’aristocratie bretonne derrière Alain Barbetorte en 936, pour restaurer le royaume. Une photographie de Justinius, abbé de Landévennec en grand habit pour la fondation de Notre-Dame de Caristan en 1072, permet de comprendre l’usage du tau exposé en vitrine.

Une nouvelle séquence muséographique illustre les guerres dont a été victime l’abbaye à travers les âges avec de nouveaux objets présentés au public et la photo d’un arquebusier des guerres de la Ligue en 1588.

Julien Danielo est par ailleurs l’auteur d’un ouvrage Chroniques de Bretagne, 100 photos pour revivre l’histoire de la Bretagne, aux éditions Blanc & noir.